Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Des ateliers de chansons pour les personnes âgées isolées et dépendantes

Des ateliers de chansons pour les personnes âgées isolées et dépendantes
"Le chant des souvenirs" est un projet autour de la voix auprès des personnes âgées isolées et dépendantes, en gériatrie. Autour de rendez-vous réguliers, les artistes constituent un programme de chansons et mélodies des années 1920 à 1950 à partir des suggestions des patients. Ce projet, initié depuis 2011 dans différents établissements de gériatrie, a permis de créer un important répertoire de plus de 50 chansons et mélodies, et de retrouver avec les résidents les chemins d’une vie, d’une parole et d’un partage.


Jean-Christophe Hurtaud, ténor et flûtiste et Michel Glasko, accordéoniste, vieux amis et partenaires de musique se sont engagés auprès de Tournesol, Artistes à l’Hôpital, depuis plus de quinze ans. 

En 2015, un projet d’ateliers de chansons commence à l’EHPAD Adélaïde Hautval APHP (à Villiers le Bel), avec des résidents volontaires, autour du répertoire français, incluant une dimension participative et de découverte. Lors de ces séances notre duo interprète un répertoire lyrique et mélodique,  issu d’un univers classique. Les participants y ajoutent des chansons de leur jeunesse ou des mélodies particulièrement aimées.  Elles appartiennent à un registre musical complètement différent.  Elles sont travaillées par Michel Glasko et Jean-Christophe Hurtaud, pour être proposées lors de la séance suivante. Au départ, cette transversalité s’est organisée de façon empirique et spontanée, sous l’impulsion des musiciens. Ce principe est devenu l’idée centrale du projet le « Chant des souvenirs ».  Depuis il s’est étendu au CASH Nanterre et à d’autres établissements de santé, en Ile-de-France et en Bourgogne, pour des publics âgés mais également plus jeunes, notamment en psychiatrie.

 

Au Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers de Nanterre commence en ce début 2018 la troisième année du « Chant des souvenirs ». Michel et Jean-Christophe retrouvent une vingtaine de résidents, avec un noyau de fidèles d’une dizaine de personnes autour duquel des nouveaux se sont joints, venus d’un autre service accueillant des personnes très dépendantes.

Le Cash de Nanterre accueille en priorité des personnes souffrant d’exclusion ou ayant vécu un parcours d’errance, des personnes en grande détresse sociale et sanitaire. C’est un public très pudique, parfois muré dans le silence. Pourtant le rapport avec les deux musiciens est devenu presque familial. Le lien s’est intensifié d’année en année, s’épanouissant sur la durée. C’est un service qui aimerait développer les initiatives culturelles. Ces séances sont une occasion de s’évader. C’est aussi un moment pour socialiser et échanger. Le répertoire le plus joué pendant les ateliers est celui des résidents. Il évolue chaque année en fonction des âges. Si lors des premières années la demande se situait plus vers les années 40,  il va aujourd’hui de Gilbert Bécaud à Michel Berger en passant par Johnny Hallyday. Les morceaux du  répertoire classique sont devenus des interludes ou sont sujet à des quizz organisés. Jean Christophe Hurtaud, chanteur lyrique, avoue donc s’éloigner de plus en plus de son univers premier. L’apprentissage se fait des deux côtés. C’est donc des après-midis de musique très éclectiques où la découverte se mêle au plaisir des vieilles rengaines à écouter encore et encore. Le tout devient donc un lieu d’écoute, d’expression et de souvenir. La mémoire est mise à contribution, une mémoire parfois abîmée par l’âge et par des parcours cabossés. Pourtant ces chansons apprises et aimées autrefois refont surface avec une étonnante facilité. 

 

« Dans cet univers où les personnes sont vraiment très isolées, ces rencontres régulières viennent apporter un moment de légèreté et détournent les résidents d’un quotidien difficile.

Une socialisation a lieu autour de ce partage, au travers d’un répertoire musical qui parle de l’intimité de chacun et de son histoire. Pour nous les musiciens, c’est une façon de  partager cette culture commune, de comprendre son esprit, et de faire des rencontres émouvantes, qui nous enrichissent », conclue Jean-Christophe Hurtaud.

 

 

, , , , , , ,