Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[FASHION WEEK] La Textilerie, première mercerie éco-responsable

[FASHION WEEK] La Textilerie, première mercerie éco-responsable
Ni tout à fait une boutique, ni tout à fait un atelier. Décrit comme “ un lieu convivial d'échange “ d’après le Journal des Femmes, l’adresse, située dans le 10e arrondissement de Paris recèle des initiatives éco-responsables idéales pour faire connaître la mode éthique.


 

La textilerie, seule mercerie à proposer en intégralité des produits éco-responsables


 

À la Textilerie, il est possible de commander des encas bio à la Boutique-Café, de recevoir les conseils avisés sur l’éco-responsabilité, de s’atteler à un atelier de couture, d’acheter des habits dans l’espace “ fripes “ ou même de recycler ses propres vêtements dans La Recyclerie. La Textilerie est la somme de toutes les initiatives éco-responsables en matière de textiles. Bien que les concepts indépendants tels que les friperies ou l’atelier de couture existent déjà, c’est la première fois qu’un modèle les réunit tous.



“ Les vêtements sont un moyen d'expression, de séduction et de reconnaissance sociale “


 

La Textilerie, fondée par Alice et Elsa, est un concept novateur grâce à un impact environnemental et social du textile aussi présent.

“ Il est certain que dans un avenir proche, il y aura de plus en plus de lieux équivalents, et c'est tant mieux,  car c'est une problématique de plus en plus présente dans la tête des gens suite à une prise de conscience ces dernières années au niveau de l'alimentaire et du développement durable. Même les politiques semblent avoir une véritable volonté d'aller dans cette direction, “ assurent-elles.

 


“ Il y a toute une éducation à refaire dans ce domaine pour faire évoluer ce système “


 

Les fondatrices de la Textilerie déplorent le modèle de la fast-fashion, qui consiste à acheter des vêtements dont on n'a pas forcément besoin et de les jeter à la prochaine mode, avant de répéter ce cycle. “ Personne ne se dit qu'un t-shirt à 2 euros ce n'est ni possible ni normal si on réfléchit au temps de travail pour le réaliser et au coût de la main d'œuvre employée. La perception de la valeur d'un vêtement neuf devient totalement faussée. “

Elles invitent donc les consommateurs à réfléchir sur la valeur d’un vêtement acheté neuf, et de transmettre un rapport plus affectif et “ moins jetable “. La non-transparence des marques est également un souci dont beaucoup d’utilisateurs ne prennent pas conscience, bien que certains mouvements commencent à s’ériger, tel que NotMyStyle, une appli créée pour retracer le cycle du vêtement, de sa création à son acheminement.

 

, , , ,