Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Chorale-en-joie : le chant face aux maladies de la mémoire

Chorale-en-joie : le chant face aux maladies de la mémoire
Jeudi dernier, comme chaque semaine, la Chorale-en-joie de Saint-François-Xavier s’est réunie, bravant la pluie et réchauffant les cœurs. Pendant plus d’une heure et demi les chants se sont succédé pour redonner un peu de joie et de bonheur aux personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et autres maladies de la mémoire.


« Quand on n'a que l’amour… » fredonne Huguette, bénéficiaire de la chorale depuis ses débuts. Jeudi dernier s’est tenue la Chorale-en-joie de Saint-François-Xavier, une chorale pour permettre aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou autre maladie invalidante de chanter ensemble un après-midi par semaine. Ce jour-là, la salle était remplie. Retour sur cette parenthèse chantante.

Une quinzaine de personnes prend place sur les chaises disposées autour du piano. « C’est juste ce qu’il faut, précise Huguette, plus grand ça ne sonne pas bien et plus petit il n’y aurait pas assez de places ».

Après quelques échauffements, la programmation musicale peut commencer.  La Chanson du pharmacien fait office d’ouverture. Drôle de choix de chanson, qui fait rire tout le monde. C’est l’histoire d’une jeune fille qui est accusée d’avoir assassiné le pharmacien, en se rendant chez celui-ci après s’être coupée la main en voulant manger son pain.

La mémoire de la mélodie

Guidée par la pianiste et le chef d’orchestre, chaque personne malade est également entourée d’un accompagnateur, bénévole de VSArt ou aidant, pour les aider dans la lecture de la chanson. « Même s’ils ne connaissent pas les paroles, ils ont la mémoire de la mélodie », explique Martine, bénévole VSArt et à l’origine des Chorale-en-joie, toujours aussi émerveillée par le pouvoir de la chanson sur les personnes malades. Depuis plus de dix ans, elle ne se lasse pas de voir « le bonheur et les yeux qui pétillent chez ces personnes, dès les premières notes de musique ».

Un moment d’échange et de partage

D’autres nombreuses chansons de leur jeunesse s'enchaînent ensuite, comme Brassens, Brel, Nana Mouskouri, Une chanson douce, La ballade des gens heureux, La chanson de Lara, la Ballade irlandaise… Puis une petite pause, le temps de reposer sa voix et d’échanger autour d’une collation. « Un moment tout aussi important pour les personnes malades », d’après Martine.

C’est aussi l’occasion de discuter entre bénévoles, comme avec Edith, accompagnatrice depuis trois ans, qui a découvert la chorale par hasard, à sa bibliothèque. Cela faisait un moment qu’elle voulait chanter, mais n’osait pas à cause de son niveau et a finalement frappé à la porte de la chorale. « C’était le destin », comme elle s’amuse à le dire.

Pour résumer l’esprit de ces chorales, c’est Huguette, la bénéficiaire des premières heures, qui en parle le mieux : « sans prétention, simplement le partage du plaisir de chanter ».

La chorale se termine sur les notes enjouées des Champs Elysées, laissant chacun repartir avec le sourire et ayant hâte de se retrouver la semaine suivante pour une nouvelle chorale pleine de joie.

, , , , , ,