Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Journée mondiale des réfugiés : 68,5 millions de personnes sans drapeau

Journée mondiale des réfugiés : 68,5 millions de personnes sans drapeau
La Journée mondiale des réfugiés sensibilise, chaque année, à la cause des réfugiés dans le monde. À cette occasion, le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés) dresse annuellement le constat de la situation : l'année 2017 affiche le sombre record de 68,5 millions d'hommes, de femmes et d'enfants contraints de quitter leur pays d'origine en raison de violences ou de persécutions. Tandis que l'Aquarius gate ravive l'épineuse question des relations de l'Europe avec les migrants, de nombreuses initiatives s'articulent afin de faire émerger une nouvelle forme de solidarité individuelle et collective. Carenews.com en recense pour vous quelques unes. Du côté des ONG, on peut citer le Secours Islamique de France qui collabore avec l'ONG Friendship au Bangladesh pour améliorer les conditions de vie des Rohingyas. Les entreprises s’emparent du sujet, par exemple BNP Paribas renouvelle aussi son engagement auprès des réfugiés en Europe.


 

La saga Aquarius, entre prises de position politique et opinion publique


 

C'est autour du navire affrété par les ONG SOS-Méditerranée et Médecins Sans Frontières que s'est joué un épisode crucial dans les relations de l'Europe avec les migrants. Tandis que l'ONU élabore actuellement un Pacte mondial sur les réfugiés, la pétition #Aveclesréfugiés lancée en 2016 par le HCR pour appeler les gouvernements à garantir à ces familles des conditions de vie décentes et humaines dépassera bientôt la barre des deux millions de signatures.

 

Si l'exil forcé de l'Aquarius a pris fin, ce dimanche 17 juin 2018, dans le port de Valence en Espagne, la situation migratoire du bassin méditerranéen devient de plus en plus alarmante. Les ONG ont pu sauver la vie de 88 000 migrants, mais 13 000 naufragés se sont noyés au cours de leur traversée ces quatre dernières années. Ruben Neugebauer, porte-parole de l'association Seawatch, souligne que l'entrave des actions humanitaires "n'empêchera pas les gens de prendre la mer. Ils viendront quand même, et ils seront plus nombreux à mourir". L'Association exhorte ainsi les États européens prendre leurs responsabilités.

 

L'Aquarius gate remue aussi l'opinion publique. Alors qu'un élan de solidarité s'est spontanément déclenché autour du port de Valence, un collectif de bénévoles d'aide aux migrants a déversé mardi 19 juin, en face du Sénat, 348 gilets de sauvetage portant chacun le nom d'un sénateur, en hommage au 35 000 morts depuis 1993 dans la traversée en mer vers l'Europe. Une enquête menée par OpinionWay pour Public Sénat souligne, quant à elle, le soutien majeur de l'opinion publique au refus français d'accueillir l'Aquarius dans un port de l'Hexagone : 56% des sondés y étaient défavorables.


 

La nouvelle réalité de la crise des réfugiés dans le monde


 

Aujourd'hui, une personne sur 113 fait partie de ces populations forcées de quitter leur pays d'origine en raison de conflits, de persécutions ou de violences généralisées. 44 000 personnes, soit une personne toutes les deux secondes, s'exilent quotidiennement leur pays de naissance afin de garantir leur survie. La situation d'urgence humanitaire sans précédent était pourtant prévisible : enlisement du conflit syrien, détériorations des conditions de vie des réfugiés dans les pays limitrophes à la Syrie, extension de la présence de Daesh, tensions interethniques en Afghanistan, sans oublier la pauvreté et les dictatures des pays de la corne de l'Afrique...

 

Les populations réfugiées sont de plus en plus jeunes et vulnérables. De nouvelles routes migratoires sont tentées malgré les risques encourus et la violence que représente ce périple vers un lieu d'accueil plus sûr. D'après le rapport HCR pour l'année 2017, plus de la moitié des réfugiés sont des enfants, contre 41% en 2009. Ce sont aussi près de 175 000 enfants orphelins ou séparés de leurs parents qui figurent parmi les rangs des apatrides.


 

Une catastrophe humaine qui suscite un réel élan de solidarité


 

La situation humanitaire des réfugiés confronte la société au droit de chacun à un lieu sûr, à la santé, à l'éducation ou à l'insertion professionnelle. Alors que de nombreuses initiatives individuelles se cristallisent spontanément, des actions collectives sont toujours menées par les grands acteurs de l'aide humanitaire dans le monde. Le Secours Islamique de France a ainsi collaboré avec l'ONG bangladaise Friendship pour installer un centre de santé ainsi que trois centres d'accompagnement psycho-social pour enfants dans le "méga-camp" de Cox's Bazar. Les ONG ont également construit des installations sanitaires pour répondre aux besoins des réfugiés Rohingyas à qui ont été distribué 2000 kits d'hygiène.

 

Les fondations d’entreprise se mobilisent aussi pour la cause des réfugiés. À l'instar des fondations Carrefour et Sanofi Espoir, la Fondation BNP Paribas renouvelle son engagement en faveur des réfugiés en Europe. La Fondation a déjà contribué à aider plus de 110 000 réfugiés au sein de 9 pays européens depuis 2015, en appuyant une trentaine d'organisations partenaires. Ses actions sont axées autour de trois thématiques principales : l'aide d'urgence, l'éducation et l'intégration professionnelle. Au-delà d'un plan de soutien financier annonçant une dotation globale de 12 millions d'euros à l'horizon 2021, BNP Paribas accompagne également une vingtaine d'entreprises sociales aidant les réfugiés à intégrer le marché de l'emploi.

 

L'UNICEF mobilise le chanteur Amir et l'illustratrice Louison


 

Fruit d'une collaboration avec l'UNICEF et l'illustratrice Louison, un clip de l'artiste français Amir “Anja” a été lancé aujourd’hui pour sensibiliser son public à la cause des enfants réfugiés dans le monde : "Anja a mille visage, elle est tous les enfants du monde. [...] Elle représente l'appel de ces millions d'enfants qui ne souhaitent que sourire un peu plus.".




 

, , , , , , , ,