Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

SOS Méditerranée, sauver des vies en mer et restaurer la dignité humaine

SOS Méditerranée, sauver des vies en mer et restaurer la dignité humaine
Depuis le début de l’année 2016, l’organisation humanitaire est venue au secours de près de 30 000 naufragés sur la mer Méditerranée. Réseau européen d’entraide et de solidarité, SOS Méditerranée dresse le bilan à l’heure où l’Aquarius Gate s’apaise tandis que son équipage ne décolère pas. En partenariat avec Rock en Seine, Carenews vous fait (re)découvrir l’ONG et son actualité estivale.



 

SOS Méditerranée : un élan de mobilisation citoyenne pour la dignité humaine


 

L’association humanitaire est née au printemps 2015 suite à l’arrêt de l’opération de sauvetage Mare Nostrum mise en place par l’Italie entre 2013 et 2014, il n’existait alors plus de navire consacré au sauvetage en mer Méditerranée. Le réseau s’est enrichi de nouvelles antennes nationales (Italie en 2016, Suisse en 2017) et compte aujourd'hui 250 bénévoles en France. Une journée d’opération en mer coûte 11 000 euros, la quasi-intégralité des frais de sauvetage sont aujourd’hui financés par des dons.

 

Depuis deux ans, l'Aquarius a déjà permis de sauver près de 30 000 vies humaines (228 opérations de sauvetage). En 2017, plus d’une personne sur 36 s’est noyée en Méditerranée centrale, cette zone située entre la Libye et l’Italie, devenue la route migratoire la plus mortelle au monde. Trafics humains, viols et affrontements de milices, la situation libyenne est telle qu’un grand nombre de personnes n’hésitent plus à mettre leurs vies en péril pour fuir l'inimaginable : l’arrêt des opérations de sauvetage n’a aucune incidence sur le nombre de départs.

 

Carenews a interrogé Sabine Grenard, responsable événementielle de l’ONG, dans le cadre de son partenariat avec le festival Rock en Seine.


 

Quelles sont les dernière actualités de l’organisation SOS Méditerranée ?


 

Depuis l’immobilisation des navires humanitaires en mer Méditerranée, c’est un équipage en colère qui habite l’Aquarius, car des personnes continuent chaque jour de se noyer en mer. Plus de 600 personnes sont mortes depuis l’arrêt des opérations de sauvetage par les associations humanitaires, la situation représente une aberration absolue, et nous dénonçons le processus de criminalisation des ONG qui s’est engagé depuis l’été 2017. La récente victoire du principe de fraternité sur le délit de solidarité constitue pour nous une véritable bonne nouvelle, et nous comptons nous appuyer sur cette décision du conseil constitutionnel pour enrichir notre plaidoyer sur l’impératif moral et légal que constitue le secours porté aux personnes en danger de mort sur les routes migratoires.


 

Quels sont vos souhaits pour la rentrée 2018 ?


 

Notre objectif premier est de remettre l’Aquarius en mer, et nous espérons être de retour sur la zone de sauvetage bien avant la rentrée. Nous espérons que la mobilisation collective ne faiblira pas durant la période estivale. Nous éditons aussi, pour la rentrée 2018, un livret pédagogique destiné aux enseignants et aux élèves qui parlera en détails de la question du sauvetage en mer et de la conduite des opérations menées par les ONG. Cette opération est co-financée par la Fondation Abbé Pierre qui nous soutient depuis le début de nos actions.


 

SOS Méditerranée a été choisie par le festival Rock en Seine pour être mise en lumière, durant les trois jours du festival. Quels sont vos projets d’animation pour cet événement ?


 

Les missions de SOS Méditerranée s’articulent sur trois axes : le sauvetage en mer, la protection des personnes secourues, et le témoignage auprès de l’opinion publique. Nos bénévoles seront présents sur le festival pour animer des quizz et relayer le témoignage des personnes que nous secourons. Nous diffuserons aussi un court film destiné à sensibiliser les festivaliers.

 

Sans financement citoyen et solidaire, nous ne pouvons pas continuer à sauver des vies en mer. Nous espérons donc rencontrer de nouvelles personnes, nouer de nouveaux contacts, et récolter un maximum de dons pour agir sur le terrain.

 

 

, , , , ,