Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

La littérature vue par les personnes détenues

Les participants au programme de lecture de Lire pour en Sortir remplissent une fiche de lecture à chaque livre lu. Ces fiches sont le moyen de matérialiser leurs lectures. Grâce à un espace prévu à l'expression libre, certains lecteurs nous témoignent leur amour pour la lecture ainsi que leur besoin de s'exprimer, d'écrire, et finalement de créer… Une véritable ode à la littérature. Lire pour en Sortir vous propose ici une compilation de citations de personnes détenues, issues des fiches des lecture. Les citations sont entre guillemets


Lire permet d'entrevoir la complexité de la condition humaine, et peut nous éclairer sur notre propre réalité.

Beaucoup de lecteurs nous indiquent que leurs lectures les ont aidés à « prendre conscience », comme Olivier à propos de L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde : " Ce live m'a remis en question, je me suis rendu compte de certaines choses".

A propos de Madame Bovary, Redouane écrit que "c'est une belle leçon de vie qui nous fait réfléchir sur notre propre condition d'existence".

« Je remercie l’équipe Lire pour en sortir car vous m’avez ouvert les yeux sur des choses à travers cette histoire. », Patricia.

 

La lecture offre aux personnes détenues un espace d’évasion et d’intimité qui contrebalance avec la dimension collective du milieu carcéral. Elle permet de se recentrer sur soi-même afin de se (re)construire.

« Ça me rappelle aussi les films de Marcel Pagnol en noir et blanc, tous ces beaux paysages sauvages du sud de la France, mais aussi le plaisir de mes enfants quand je leur faisais découvrir cette belle région. » raconte Edith à propos de L’homme qui plantait des arbres de Jean Giono.

"La lecture me rappelle des souvenirs oubliés, me donne de l'espoir et de l'énergie pour l'avenir", confie Bérénice.

« Merci de m’avoir redonné le goût de la lecture ! Je ne lisais plus depuis que j’ai quitté l’école ! Tous les jours je me donne rendez-vous avec mon live de 18h à 20h et cela me fait du bien », Louis.

« La lecture est une nouvelle occupation. Cela me permet de m’évader à travers les livres, en oubliant les barreaux qui me retiennent. », Melissa.

 

Certaines histoires inspirent, donnent envie d’avancer, comme le témoigne Antony à propos du roman autobiographique de Nelson Mandela : « Je suis émue par tout ce que Nelson Mandela a traversé et tellement fière de lui. Je suis bouche-bée devant son courage, sa force, sa détermination : il n’a jamais baissé les bras. Ce livre m’a redonné force, courage et détermination. Il m’a fait comprendre qu’il n’y avait pas d’âge pour reprendre ses études. Qu’il ne fallait jamais baisser les bras, aller au bout de ses rêves, de ses objectifs. »

Sophie, elle pense désormais que « L’homme peut faire beaucoup de miracles quand il le veut. Plutôt que de détruire et de s’entretuer il pourrait construire et profiter des bonnes choses de la vie. ».

"J'ai appris que lire, c'est refuser de mourir", Selim

"Voir derrière les lignes des espoirs pour demain", Marc

 

Quant aux fiches de lecture, elles deviennent parfois un réel support  d’expression et de création pour les personnes incarcérées.

Medhi veut « montrer que ce n'est pas parce que l'on est en prison que l'on n'a pas un niveau intellectuel. »

« L’art tel que je le conçois est définitivement un moyen de survie. C’est une survie car un détenu qui fait de l’art dit au monde : « Regardez, […] la vie m’a privé de tout, mais regardez, j’essaie de vivre encore : je créé. » écrit Guillaume

Maya, elle, pense qu’écrire permet à une personne détenue de « reprendre possession des choses. Elle n'est plus un sujet passif qui subit, mais un sujet actif qui créé".

 

 

« Briser le silence »

 

 

*les prénoms ont été modifiés.

, , , , , , ,