[BEST-OF]Lutter contre la pollution plastique : recycler, transformer, remplacer

[BEST-OF]Lutter contre la pollution plastique : recycler, transformer, remplacer
En moins d’un siècle, les matières plastiques synthétiques sont devenues omniprésentes dans notre quotidien et sont aujourd’hui produites en quantité démesurée : en 2015, la production mondiale a atteint le chiffre record de 320 millions de tonnes ! Ces plastiques se retrouvent ensuite en grande partie dans la nature, sous leur forme première ou sous la forme de microplastique, ces infimes particules de plastique quasi invisibles, mais tout aussi nuisibles à l’environnement. En conséquence, les catastrophes écologiques liées au plastique se multiplient : faune marine intoxiquée, océans et plages pollués, chaîne alimentaire perturbée… À grand renfort de campagnes de sensibilisation, parfois soutenues par les pouvoirs publics, les ONGs engagées dans la lutte contre la pollution plastique et plus généralement dans la protection de l’environnement ont progressivement déclenché une prise de conscience mondiale. Lentement mais sûrement, des initiatives fleurissent partout dans le monde, vers un système plus durable et éco-responsable.



 

Au quotidien : plastique or not plastique ?


 

L’avantage du plastique (ou l’inconvénient, c’est selon), c’est qu’il est transformable et réutilisable à l’infini. De nombreuses initiatives vont en ce sens, pour donner une seconde vie au plastique et donc limiter sa production.

 

En Afrique par exemple, le plastique intègre parfois la mode, en conciliant recyclage et entrepreneuriat social : au Burkina Faso, le projet Pagabags, soutenu par la fondation Veolia, recycle des déchets plastiques pour les intégrer dans la confection de sacs et d’accessoires de mode.

 

Toujours dans la mode et à plus grande échelle, la marque Bonobo lançait en 2015 une ligne de vêtements baptisée Rebirth, pour laquelle elle utilisait un fil créé à partir de jeans recyclés et de bouteilles en plastique. La marque Veja, déjà connue pour ces produits éco-responsables, lance Wata, une chaussure unisexe conçue à partir de déchets plastiques recyclés. Les Galeries Lafayette, quant à elles, ont lancé le mouvement “GO FOR GOOD”, prévoyant d’intégrer des matières éco-responsables dans leurs collections, notamment du plastique recyclé.

 

Pour connaître plus d’initiatives éco-solidaires en matière de mode, allez voir notre best of mode éthique !

 

Si recycler, c’est bien, éviter, c’est encore mieux : la startup française Gobilab lance Gobi, une gourde conçue sans Bisphénol-A et fabriquée en France dans un atelier d’insertion. Objectif : proposer un objet durable et éco-responsable, alors que les Français continuent de consommer en moyenne 70 bouteilles en plastique par an. La startup espagnole Closca innove sur le même objet en le rendant connecté, au moyen d’une application permettant de repérer les points d’eau potable les plus proches.


 

Des fondations engagées pour la planète


 

Plusieurs importantes fondations placent l’écologie et le développement durable au coeur de leur action, en soutenant des initiatives innovantes en ce sens. Par exemple, la fondation Crédit Agricole soutient le projet Plastic Odyssey, qui prévoit le lancement en 2020 d’un catamaran “nettoyeur” des océans qui transformerait les déchets collectés pour produire son propre biocarburant.

 

En Bretagne, le fonds de dotation Explore, financé entièrement par le mécénat, est un incubateur porteur de projets innovants pour le développement durable, dans une optique de valorisation des ressources locales.


 

Marquer les esprits pour mieux agir


 

Les associations ne sont évidemment pas en reste lorsqu’il s’agit de lutter contre la pollution plastique. Elles font parler de leur cause à grands coups de campagnes choc, pour faire réagir le grand public. L’ONG Sea Shepherd a ainsi fait appel à l’agence Fred & Farid, connue pour ses précédentes actions en faveur de l’environnement, pour mettre en scène des animaux marins pris au piège et étouffés par une couverture plastique.

 

Autre image choc ayant beaucoup circulé sur les réseaux sociaux, “The tip of an iceberg”, présentant un immense sac plastique flottant façon iceberg, qui a été reprise par de nombreuses ONGs dont Greenpeace.

 

L’association Surfrider Foundation Europe, acteur de référence en Europe pour la protection des littoraux, des mers et des océans, organise quant à elle les Initiatives Océanes, une session annuelle de nettoyage des littoraux organisée sur quelques jours. Cet événement fait écho à l’échelle européenne au “Clean Up Day”, la journée mondiale du nettoyage de la planète, relayée en France par l’association World CleanUp Day France.


 

Je fais quoi, moi ?

 

 

Vous vous sentez submergés par l’omniprésence du plastique, mais vous ne savez pas par où commencer ? La première chose à faire, c’est de trier soigneusement ces déchets afin qu’ils soient recyclés et valorisés au mieux ! Appuyez vous sur les structures de votre ville ou sur des initiatives associatives comme celles de Lemontri.

 

Vous pouvez aussi vous inspirer de cette nouvelle tendance qui nous vient tout droit de Suède, qui répond au doux nom de plogging : ou comment faire son jogging du matin tout en ramassant les déchets sur son trajet, armés de gants et d’un sac poubelle. Plutôt simple, non ?

 

 

, , , , , ,