Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[CHIFFRE] Violences sexuelles : +23,1 % de cas signalés en 2018 en France

[CHIFFRE] Violences sexuelles : +23,1 % de cas signalés en 2018 en France
À la rentrée, le Ministère de l’Intérieur a dévoilé les chiffres d’un rapport sur l’insécurité et la violence en France pour les deux premiers trimestres 2018. Les chiffres sur les violences sexuelles et sexistes ont particulièrement attiré l’attention de l’opinion publique, alors que le rapport fait état d’une hausse de 23,1 % des plaintes de violences sexuelles enregistrées par la police. Un chiffre qui traduit une importante libération de la parole, en écho aux mouvements #metoo et #balancetonporc, que le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, entend bien encourager avec de nouvelles mesures.


 

 

 

 

Une libération de la parole suite aux mouvements #metoo et #balancetonporc

 

Le ministère de l’Intérieur a communiqué, le 6 septembre, les résultats d’un rapport sur les violences sexuelles en France sur les sept premiers mois de l’année 2018. Il ressort de cette étude que, sur la période, le nombre de cas de violences sexuelles signalés et enregistrés par les services de police a augmenté de 23,1 % par rapport à la même période sur l’année 2017. Au total, 27 728 cas ont été recueillis par les services de police et de gendarmerie de janvier à juillet 2018, contre 22 533 sur la même période en 2017. 3 357 faits de harcèlement sexuel de plus qu’en 2017 ont également été signalés.

 

Il s’agit d’accueillir ces chiffres avec prudence, la hausse du nombre de plaintes enregistrées ne traduisant pas nécessairement une augmentation équivalente des cas de violences sexuelles en France, mais elle révèle clairement un changement de mentalité de la part des victimes de violences sexuelles, et une certaine “libération de la parole”, dont se félicite Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur. Les mouvements anti-harcèlement #metoo et #balancetonporc, lancés en octobre 2017 suite aux accusations d’agression sexuelle et de viol portées à l’encontre du producteur de cinéma américain Harvey Weinstein, n’y sont évidemment pas étrangers.


 

Une plateforme de signalement des violences sexuelles lancée prochainement

 

Une avancée que l’on ne peut que saluer, mais qui, selon la Fondation des femmes, doit être nuancée, alors qu’Emmanuel Macron avait déclaré, en novembre 2017, que l’égalité entre les femmes et les hommes serait la “grande cause du quinquennat”. La fondation de référence en matière de droits des femmes et de lutte contre les violences faites aux femmes a rappelé à l’occasion de la sortie de ces chiffres dans un communiqué de presse, que “porter plainte est une première étape essentielle pour lutter efficacement contre les violences faites aux femmes”, et considère louables mais insuffisantes les mesures proposées par le gouvernement.

 

Parmi ces mesures, une plateforme de signalement de violences sexuelles et sexistes, mise en place d’ici octobre prochain, qui mettra en relation de manière totalement anonyme les personnes victimes de violences sexuelles avec les services de police. La procédure se veut simple et rapide, pour une meilleure prise en charge de la plainte déposée sur le site, et pour une plus grande libération. Car à l’heure actuelle, de nombreux freins découragent encore les victimes pour porter plainte directement dans les commissariats : honte, souffrance, mauvais accueil par les agents, voire dénigrement et refus d’enregistrer la plainte.


 

, , , ,