Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[PATRIMOINE] Culture(s) en milieu rural, l'exemple d'Au foin de la rue

[PATRIMOINE] Culture(s) en milieu rural, l'exemple d'Au foin de la rue
Si Paris et quelques autres grandes villes françaises sont unanimement reconnues comme des hauts lieux de culture sous toutes ses formes, qu'en est-il de l'accès à la culture dans les zones rurales ? En Mayenne, Au foin de la rue est né, il y a bientôt 20 ans, de la volonté de quelques passionnés de faire venir l'offre culturelle sur le territoire. L'association organise chaque année le festival musical éponyme, exemplaire en termes d'accessibilité et de développement durable, épaulée notamment par la Fondation de France, elle a aussi bénéficié du soutien de fondations d'entreprises telles que la Banque Populaire, le Crédit Coopératif, Bouygues ou encore la MMA. Des animations récurrentes sont également prévues, à l'instar des Foins d'hiver, d'Au foin de la lune, des Soirées rouges ou de la Musique au jardin. Une programmation culturelle qui redynamise le territoire et contribue à tisser du lien, et une initiative qui se pérennise, avec le projet d'un tiers-lieu permanent à l'horizon 2020.  


 

 

Importer la culture en milieu rural et redynamiser le territoire


 

L'association Au foin de la rue est créée en 2000 sous l'impulsion de quelques musicophiles passionnés, las du monopole culturel des grandes villes. Le festival musical du même nom démarre en trombe la même année, pour devenir progressivement le premier du département. Accueillant aujourd'hui 15 000 festivaliers, le temps du premier weekend de juillet, l'événement est co-construit avec les acteurs locaux et oeuvre notamment à la réinsertion. Récompensé en 2014 par le Trophée national de l'accessibilité, valeur centrale de l'association, celle-ci est devenue un pôle de ressources et un laboratoire d'expérimentations pour rendre la culture à portée de chacun.


 

Si le festival annuel rayonne sur toute la région grand Ouest, Au foin de la rue veut préserver son empreinte locale. Au fil des années, l'offre culturelle de l'association s'est étoffée d'animations ponctuelles et récurrentes essaimées tout au long du calendrier : les Foins d'hiver et Au foin de la Lune, festivals annuels à l'instar d'Au foin de la rue ; mais aussi les Soirées rouges, cycle de cinéma et de musique enrichi ; ou encore Musique au jardin, projet intimiste qui offre aux habitants  la possibilité d'ouvrir leur jardin, le temps d'une soirée, pour profiter d'un concert avec un groupe local.


 

Un espace de vie sociale avec la culture comme vecteur


 

Partenaire des structures et des collectivités locales, l'association anime aujourd'hui la vie sociale de son territoire, avec la volonté d'être au plus près de tous ses habitants : "c'est en ça, surtout, qu'on est en phase avec notre territoire : on a des populations d'âges et de besoins différents, et on essaie de tout faire pour aller vers eux" explique Régis Brault, membre du conseil d'administration et référent Accès pour tousde l'association. 

 

Une offre qui pense notamment aux aînés : cette année, l'association remportait le Trophée Silver Éco pour son projet de chorale sénior "Huguette the power", mené par l'artiste Pierre Bouguier, sujet d'un documentaire diffusé cette année sur France 3. Propulsés sur les devants de la scène du Grand Rex, les soixante choristes âgés de 72 à 96 ans ont enflammé les planches, en mars 2018, pour célébrer les 10 ans des Trophées de la silver économie.


 

L'ouverture d'un tiers-lieu à l'horizon 2020


 

"Pendant dix ans, Au foin de la rue était le festival. Depuis 7 ou 8 ans, nous avons répliqué le modèle sur des actions de territoire tout au long de l'année en recrutant une personne chargée de l'action culturelle. On peut dire que peut-être, les dix prochaines années seront celles du tiers-lieu !" déclare Régis Brault, enthousiaste.

 

Au cœur du bourg de Saint-Denis-De-Gastines devrait émerger, à l'horizon 2020, un tiers-lieu de vie animé par l'association. Un projet co-porté avec la commune et la communauté de Communes de l'Ernée, inscrit dans la démarche participative chère à l'association : "l'idée, c'est que le tiers-lieu, au-delà de ses murs réels, ce soit le village !"

 

 

Article édité le 04.10.2018

, , , , ,