Entrepreneuriat et ESS : Vincent Grassin, l'humain avant tout

Entrepreneuriat et ESS : Vincent Grassin, l'humain avant tout
L'entrepreneuriat est aujourd'hui un vecteur capital du lien social et de la cohésion des territoires, particulièrement lorsqu'il a une portée sociale et solidaire. Acteur majeur du financement des TPE franciliennes, Paris Initiative Entreprise (PIE) est un tremplin pour les entreprises de l'ESS. Elles peuvent avec le soutien de PIE créer et développer leur activité économique. Une contribution qui ne se limite pas à un apport financier, puisque PIE accompagne également le lancement des start-ups et peut être caution bancaire. Tous ces outils mis à disposition des petites entreprises et de l’ESS ont permis de créer ou de sauvegarder plus de 4 000 emplois en Île-de-France depuis la création de l'association. Découvrez les portraits de ceux qui animent PIE au quotidien. Consultant PIE depuis trois ans, Vincent Grassin place l'humain et le relationnel au coeur de son activité quotidienne avec les entrepreneurs.


 

Demandez à Vincent Grassin ce qui le surprend encore tous les jours chez PIE et la réponse coule comme une eau de source des Alpes :  "Chaque entrepreneur est vraiment différent donc on découvre toujours quelque chose de nouveau." Depuis trois ans, le consultant TPE/ESS, passé en alternance chez Orange après sa sortie d'école de commerce, place l'humain au cœur de son quotidien à PIE. Le désir d'impact positif et l'altruisme constituent un engagement sincère depuis le premier jour.

 

" Forcément quand on vient dans ce genre d’association, c’est parce qu’on veut travailler au service de projets positifs : des petites entreprises à échelle humaine portées par des entrepreneurs avec des parcours très divers ; des passionnés qui veulent se lancer et prendre des risques ; des personnes en reconversion qui ont besoin d’un coup de pouce et des militants qui veulent changer le monde ", nous explique-t-il.

 

L'humain pour ce chargé d'affaires, c'est aussi accompagner les entrepreneurs du début de leur demande de financement à la prise de décision du comité d’engagement. " Le travail consiste essentiellement à comprendre le projet et le parcours et à analyser avec eux le détail du fonctionnement de leur entreprise pour préciser leur besoin de financement et leur modèle économique. L’idée in fine est de voir s’il est possible ou non de mettre en place des financements ", précise-t-il.

 

Continuer de suivre les entrepreneurs après le financement pour leurs apporter des mises en relation ou actualités pertinentes fait aussi partie de son rôle. Et là encore, l'humain s'impose comme le premier prisme de la relation. Parce qu'il faut savoir écouter, avoir un certain niveau d’empathie " et savoir gérer une relation humaine avec des entrepreneurs passionnés, pressés, le nez dans le guidon ", ajoute le consultant de 28 ans. Dans le respect de l'esprit de PIE, Vincent Grassin s'impose un degré d'exigence élevé quand il s'agit d'être le plus franc possible avec ses interlocuteurs, de s’adapter à leur timing et contraintes, de bien les comprendre.

 

En retour, " les entreprises et les entrepreneurs sont motivés, dynamiques et reconnaissants." Et c'est en partie ce qui explique pourquoi il est " bien dans ses baskets " au quotidien. Il complète : "En fait, plus que l’analyse économique et financière, l’expertise principale est de savoir se plonger dans des secteurs différents et des situations différentes avec les différents entrepreneurs." Il l'assure, c’est dix fois plus concret que ce qu’on peut apprendre en étude. Et chez lui qui dit concret, dit humain.





 

 

 

, , ,