Devenir MAKE UP ARTIST via une formation qualifiante financée par la Fondation

Devenir MAKE UP ARTIST via une formation qualifiante financée par la Fondation
Angélique, 19 ans, a été lauréate de la Fondation en novembre 2017 pour son projet de formation qualifiante au maquillage artistique et effets spéciaux. Site-relais de Metz.


«Mes parents ont rencontré des difficultés à mon plus jeune âge et ma mère a dû s’occuper seule financièrement, pendant ces premières années, de ses quatre enfants. A l’âge de neuf ans, j’ai subi une agression corporelle par un inconnu ce qui a engendré un climat de peur et une surprotection par mes parents. Cette situation ne m’a pas permis de vivre pleinement ma vie d’enfant.

J’ai suivi une scolarité chaotique car je rencontrais des difficultés de compréhension. J’ai été rabaissée par mes professeurs et j’étais la cible des moqueries des autres élèves. Je ne voulais plus aller à l’école et j’ai été suivie par un psychologue.

Je n’ai jamais baissé les bras étant encouragée par mes parents et ma fratrie pour faire le métier de coiffeuse. J’ai fait un premier contrat d’apprentissage que j’ai dû interrompre pour harcèlement moral. J’ai persévéré et j’ai intégré un dispositif qui m’a accompagnée vers un deuxième contrat d’apprentissage qui s’est très bien passé. Pour le passage de mon CAP coiffure et pour mettre toutes les chances de mon côté j’ai obtenu un aménagement d’épreuves par le recteur d’académie pour bénéficier d’un relecteur pour les épreuves pratiques oral et écrit compte tenu de mes problèmes de compréhension.

J’ai réussi mon CAP et j’ai même été désignée 2ème apprentie meilleur ouvrier de France Grand Est. Mes parents sont très fiers de ma réussite et m’encouragent à évoluer dans la profession de coiffeuse.Mon ambition est d’ouvrir dans les meilleurs délais mon propre salon après obtention du brevet professionnel.

Pour me distinguer de la concurrence et pour élargir mon champ de compétences j’ai souhaité suivre une formation qualifiante longue pour devenir MAKE UP ARTIST dans le maquillage professionnel de haut niveau pour évoluer dans les milieux du cinéma, de la télévision, des stylistes sur des défilés de mode.

Mes parents étaient prêts à s’endetter pour financer cette formation mais le coût de celle-ci dépassait largement leurs moyens.

Ma conseillère de la Mission Locale m’a orientée vers la Fondation de la 2ème Chance. J’ai obtenu la meilleure écoute et tous les encouragements nécessaires des instructeurs locaux.

J’ai déjà obtenu l’accord d’une responsable de salon de coiffure pour travailler à temps plein et préparer mon brevet professionnel qui sera nécessaire pour ma future installation à mon compte. Je poursuivrai ensuite vers le brevet de maitrise pour pouvoir enseigner et former des apprentis.

Je compte parallèlement développer l’activité de maquillage événementiel, qualification faiblement représentée dans le Grand Est et le Luxembourg voisin alors que les activités culturelles, les festivals et autres manifestations festives y sont en plein développement.

Je dispose maintenant de tous les atouts pour réussir mon projet professionnel. L’aide de la Fondation de la 2ème Chance a été déterminante dans cette réussite et à mon épanouissement personnel.

La réactivité de comité de programmation, la disponibilité et l’écoute des parrains locaux m’ont permis de suivre cette formation dans la foulée de ma réussite au CAP Coiffure et de me faire gagner de précieux mois voire d’années dans mon projet.

Ma grande satisfaction réside également dans la fierté de mes parents au regard de mon parcours de qualification après mon enfance difficile. »

, , , , ,