Valorisation de son engagement personnel auprès de la Fondation de la 2è Chance

Valorisation de son engagement personnel auprès de la Fondation de la 2è Chance
Filiale du Groupe Bolloré, IER maintient, depuis sa création en 1962, sa vocation de développeur de solutions adoptant les technologies émergentes pour répondre aux besoins spécifiques de ses clients. Sa maîtrise de ces nouvelles technologies et son savoir-faire lui ont permis de devenir un acteur majeur et incontournable sur différents marchés : stockage d’énergie, bornes en libre-service, identification automatique, verbalisation électronique, sécurité et contrôle d’accès


Marie-Thérèse MLALA,

Déléguée du Site de Suresnes, témoigne de son implication dans la démarche de la Fondation.

" Depuis 2006 j’apporte mon soutien à la Fondation de la 2ème Chance en tant que bénévole et marraine de lauréats.

En 2010, le site de Puteaux ayant fermé, suite au départ en retraite de son délégué, il m’a été proposé de reprendre ce rôle. La direction d’IER a accepté d’héberger le site de Suresnes et de mettre à disposition des locaux pour recevoir en toute confidentialité les porteurs de projet et les éventuels bénévoles extérieurs.

C’est avec Richard Giromella, ancien directeur Industriel d’IER et jeune retraité, que nous avons créé ce site-relais.

Notre site-relais est hébergé dans les mêmes locaux que ceux de l’équipe du siège de la Fondation. Cette proximité permet une collaboration étroite et des échanges avec les coordinatrices et les services associés.

Mon engagement auprès de la Fondation m’a permis de côtoyer des personnes en grandes difficultés et dans la précarité. Porteurs d’un projet de formation ou de création, la Fondation leur donne la chance de rebondir. Mais cela ne peut pas se faire sans l’aide des bénévoles.

Après avoir été bénévole, l’opportunité de prendre en charge le site-relais était, pour moi, l’occasion de faire participer des collaborateurs du Groupe Bolloré. Aujourd’hui le site de Suresnes gère une trentaine de bénévoles répartis dans les différentes sociétés du Groupe Bolloré.

Maman de trois enfants, active auprès des associations de parents d’élèves et toujours en activité professionnelle au sein du Groupe Bolloré, j’ai croisé des familles dans la précarité et des personnes démunies face aux difficultés quotidiennes. Cela m’a donné l’envie de prendre le temps de les écouter, de les comprendre et de les accompagner pour qu’ils rebondissent.

Cet engagement auprès de la Fondation de la 2ème Chance me tient à cœur et me permet de donner un autre sens à ma vie. C’est un engagement volontaire pour lequel je me sens responsable et solidaire du développement de la Fondation.

Mon expérience antérieure en tant que bénévole durant 12 années m’a permis d’acquérir les processus du traitement des dossiers, des séances d’instruction et du suivi du parrainage très apprécié de nos lauréats.

Le traitement des dossiers d’instruction nécessite une lecture préliminaire des informations concernant le porteur de projet et de son accident de vie avant la prise en charge par un binôme de bénévoles qui, dans la mesure du possible, a une expérience ou une connaissance du domaine dans lequel le futur lauréat souhaite rebondir.

Nous constatons que les bénévoles ne sont disponibles que de temps à autre. Parfois nous devons nous mettre en binôme afin de faire parvenir le dossier d’instruction dans le délai requis.

A ce jour recruter des bénévoles ne semble pas une difficulté pour notre Site. Nous voyons régulièrement arriver de nouveaux bénévoles suite à l’enthousiasme de ceux qui ont déjà participé à une instruction et/ou à un parrainage.

La communication et l’antériorité de certains anciens bénévoles font que le bénévolat au sein de l’entreprise est partie prenante à la vie d’IER.

Mon regret est de ne plus avoir de nouvelles de certains lauréats qui ne veulent plus être contactés car leur projet n’a pas abouti ou de ceux qui, malgré leurs efforts, pour obtenir un permis ou un diplôme pour se réinsérer dans la vie active, n’arrivent pas à trouver un travail par manque d’expérience.

Mais quelle satisfaction personnelle de joindre un porteur de projet pour lui signifier que son « coup de pouce » est validé par le comité ou de recevoir des messages de satisfaction et de remerciements lors de l’obtention d’un diplôme en fin de formation ou d’un travail en CDI ou d’une création d’activité qui atteint les prévisions escomptées.

Prendre en compte la personnalité du porteur de projet, donner de son temps à l’écoute, apporter l’aide à la concrétisation de son projet et le voir pleinement rebondir sont des actions enrichissantes et valorisantes pour ma satisfaction personnelle."

, , , , ,