Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[CALENDRIER DE L’APRÈS] Vœu n°7 : développer les supermarchés coopératifs

[CALENDRIER DE L’APRÈS] Vœu n°7 : développer les supermarchés coopératifs
Pierre-Emmanuel Grange, fondateur de microDON et ministre de l’Économie du Gouvernement ESSRULES, fait plusieurs propositions dans le Livre Blanc pour une économie plus sociale et solidaire, mais aussi plus respectueuse de l’environnement. Parmi ses propositions : moins de coopératives de supermarchés, plus de supermarchés coopératifs, pour développer l’économie de proximité. Une formule où producteurs et consommateurs ressortent gagnants, et qui contribue à renforcer le maillage économique territorial, tout en permettant un mode de consommation à moindre impact carbone.



 

Des modes de consommation qui changent

 

Aujourd’hui, les Français se disent de plus en plus concernés par la qualité de leur alimentation, et par l’impact environnemental et sociétal de leurs achats. Témoignage de ces évolutions, les circuits courts (un intermédiaire maximum entre le producteur et le consommateur) gagnent du terrain en France : en 2015, 21 % des Français ont affirmé favoriser la proximité entre le lieu de fabrication du produit et le lieu de vente, contre seulement 14 % en 2009, selon une enquête du Crédoc.

 

Diverses formes de circuit court émergent. En particulier, les associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) se développent sur tout le territoire (en 2015, on en dénombrait plus de 2 000 sur toute la France, selon le mouvement inter-régional des AMAP), même dans les zones très urbanisées comme l’Île-de-France. Depuis une petite dizaine d’années, ce sont les boutiques de producteurs et les systèmes de “drives fermiers”, et la vente par internet avec l’apparition de nombreuses plateformes de vente en ligne (La Ruche qui dit oui !, Les Fermiers du Net, réseau Bienvenue à la Ferme…), qui connaissent un succès grandissant.

 

 

Comment développer l’économie de proximité ?

 

Pierre-Emmanuel Grange, ministre de l’Économie de notre Gouvernement ESS, souhaite le développement des supermarchés coopératifs et indépendants. Pour lui, la coopération avec les parties prenantes locales de ces supermarchés se ferait tant dans leur gouvernance (à l’image de La Louve dont le capital est ouvert aux citoyens consommateurs) que dans les circuits locaux d’approvisionnement et de recyclage.

 

Pour Pierre-Emmanuel Grange, il s’agit également de favoriser les productions et les fournisseurs locaux dans les appels d’offres publics, par la mise en place d’un grand plan national “Circuits courts” qui inciterait l’ensemble des acteurs privés comme publics à recourir aux unités locales, dans un périmètre restreint et dans le respect d’une charte de production rigoureuse. L’objectif : inciter les Français à recourir majoritairement au circuit court pour la consommation de produits alimentaires non transformés.

, , , , ,