La maternité dans les camps de réfugiés
Des recherches montrent que les femmes syriennes réfugiées ont tendance à avoir plus de bébés que les femmes dans leur pays. (Photo de Joseph Eid, AFP)


Ruiz, une infirmière en charge du centre de maternité de médecins sans frontières dans la ville d’Arsal au Liban nous raconte que c’est un concept très compliqué mais qu’il est vrai que la maternité pour les femmes syriennes est très importante Avoir un bébé les aide à oublier le stress d’avoir fui leur maison, pays, famille et amis. 

Malheureusement avec une nouvelle source de joie viennent d’autres inquietudes pour les parents. Umm Khaled qui a fui la région ouest de la Syrie quand elle était enceinte nous dit “j’aime mes enfants, mais parfois je les regarde et je pleure. Quand j’habitais en Syrie, j’avais une maison et un jardin où ils pouvaient jouer. Ici je n’ai rien pour eux.” Umm Khaled a 25 ans mais elle a l’air beaucoup plus âgée. Son bébé lui donne de l’espoir même si sa famille a tout perdu. Mais aucun de ses autres enfants ne va à l’école et Umm la maman ne sait pas comment elle va pouvoir s’occuper d’eux dans les années à venir.

Un autre jeune couple confie qu’ils ont des émotions mélangées envers leur bébé qui va naitre bientôt. Lors du dernier test de grossesse, les yeux du couple étaient pleins d’espoir quand ils entendaient les battements du coeur du bébé à travers l’ultrasoundultrason de la clinique. Le père raconte: “j’étais tellement content à l’idée de devenir père, mais j’étais devenu triste aussi car nous n’avons rien à lui offrir”.

 

Si vous souhaitez soutenir l’aide aux populations, de façon neutre et apolitique, vous pouvez permettre à SAVE SYRIA de mener à bien ses projets. Par de petites ou de grandes pierres, vous pouvez nous aider en devenant donateurs, bénévoles, ou simplement en parlant de nos réalisations.

https://www.facebook.com/savesyriaong

https://twitter.com/intent/follow?source=followbutton&variant=1.0&screen_name=savesyria_ONG

 

, , , , , , ,