Diffuz : pour une année 2019 solidaire et bénévole

Diffuz : pour une année 2019 solidaire et bénévole
Ça y est, l’année 2019 vient tout juste de démarrer et déjà les actions solidaires se multiplient : collectes, créations d’espaces de vie ou de jeux, courses, activités artistiques et culturelles… Pour les associations, une nouvelle année riche en défis commence : organisation d’événements, recherche de subventions, recherche de bénévoles… Diffuz peut contribuer à faciliter les liens entre associations et bénévoles occasionnels.


2019 : l’année de tous les défis

La plateforme Diffuz a été lancée en 2017 par le groupe Macif afin de mettre en relation les associations à la recherche de bénévoles ponctuels, et les particuliers souhaitant s’engager occasionnellement, en fonction de leurs disponibilités. Son objectif ? Faciliter le passage à l’action solidaire et la participation de bénévoles, notamment autour de 5 grandes causes :

- Agir contre la pauvreté et l’isolement

- Agir pour la protection de l’environnement et les animaux

- Agir pour l’éducation et la citoyenneté

- Agir contre les discriminations

- Agir contre les maladies

Que ce soit pour les plus démunis, les enfants, les personnes discriminées, les personnes malades et pour notre planète (entre autres), on constate un engagement sans cesse croissant des citoyen·nes.

Les derniers chiffres publiés par La Fonda indiquent que le volume de bénévolat est 2,5 fois supérieur en 2017 qu’en 2002[1]. Le temps moyen consacré au bénévolat est également passé de 68 heures à 100 heures par an. 

 

Le bénévolat, un enjeu pour les associations

Selon  une étude de Recherches & solidarités[2], la ressource bénévole est la première inquiétude pour 56 % des responsables associatifs.

Et alors que 55% des Français bénévoles interviennent de manière « occasionnelle », les associations ont plus de difficultés à trouver des bénévoles occasionnels que réguliers. Une fois dans leurs fichiers, elles ont parfois du mal à les mobiliser car elles ne connaissent ni leurs disponibilités ni leurs souhaits. Leur gestion est aussi estimée plus difficile à cause du turn-over. 

Pourtant, deux tiers des associations disposent de missions définies pour les bénévoles occasionnels. Ce qui signifie qu’il y a une demande des deux côtés mais des difficultés de mise en adéquation.

C’est là qu’intervient Diffuz, en tant que facilitateur de lien, pour que les petits défis du quotidien permettent de servir de grandes causes.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.diffuz.com 

 

[1] « Bénévolat et bénévoles en France en 2017 », dirigée par Lionel Prouteau, à partir d’une enquête du Centre de recherche sur les associations - CSA, réalisée avec l’appui de la Fonda 

[2] Etude Recherches  & solidarités : Bénévolat, gérer une ressource plurielle, mai 2018

 

, , , , , , , ,