Fondation SNCF : La région au cœur de l’action solidaire

Fondation SNCF : La région au cœur de l’action solidaire
Pour être toujours plus proche des besoins des territoires et de leur tissu associatif, la Fondation SNCF a déployé un réseau de correspondants dans l’Hexagone. Exemple avec la région Hauts-de-France et sa correspondante, Stéphanie Baudry.


 

 

 

La région, un maillon essentiel du mécénat

 

L’engagement du groupe SNCF pour la solidarité, l’éducation et l’accès à la culture se décline dans chaque région à travers des appels à projets et du mécénat territorial. Charge au correspondant régional de faire le lien avec les associations de son territoire. « On doit être attentifs afin de déterminer si tel ou tel projet rentre dans le cadre de ce qu’on peut soutenir », explique Stéphanie Baudry, correspondante de la Fondation SNCF en Hauts-de-France.

Les correspondants régionaux sont aussi les interlocuteurs privilégiés des salariés. Chaque année,  ceux-ci ont la possibilité d’allouer jusqu’à 10 jours à du mécénat de compétences, auprès d’associations de leur région. « Ça passe par de la communication interne, pour faire connaître nos dispositifs auprès des équipes », détaille Stéphanie Baudry. Et pour ceux qui seraient déjà engagés en dehors de l’entreprise, les Coups de Cœur Solidaires de la Fondation sont l’occasion de mettre en lumière et financer en partie un projet associatif qui leur tient à cœur. Là encore, les correspondants sont présents pour guider et soutenir les collaborateurs.

 

Zoom sur un projet soutenu en Hauts-de-France : les « journalistes en herbe » des Voies du Nord

 

Voici deux ans que la Fondation soutient en région ce projet mêlant journalisme et citoyenneté. 26 classes des Hauts-de-France sont mises à contribution. Les élèves doivent rédiger un article, et ainsi se sensibiliser à l’écriture, aux médias et à l’esprit critique. Mais pas seulement. Leur texte doit porter sur un sujet de citoyenneté : handicap, égalité hommes-femmes, témoignages de bénévoles au sein d’une association, etc. Pour les aider, un journaliste professionnel du groupe de presse La Voix du Nord-Courrier Picard – à l’origine de l’association Les Voies du Nord – les accompagne avec leurs enseignants. Les articles sont ensuite publiés dans le journal, comme de vrais pros.

Or sans le soutien de la Fondation SNCF, le projet n’aurait pas eu la même ampleur. « Au début, cette opération était organisée uniquement dans le Nord-Pas-de-Calais, témoigne Stéphanie Baudry. La Voix du Nord voulait l’étendre à la Picardie et ils nous ont sollicités pour rendre cette extension possible. » Un bel exemple de mécénat régional, dans lequel le soutien financier a été couplé avec une action d’essaimage.

 

Travailler en région pour la Fondation SNCF : « des leçons de vie »

 

Stéphanie Baudry a rejoint la Fondation il y a un peu plus d’un an. « Avant je travaillais chez Keolis à Lille. J’étais responsable de la communication interne et managériale, puis chef de projet appel d’offre. »

Lorsqu’elle endosse le rôle de correspondante Fondation et de manager de l’engagement sociétal, elle découvre le monde associatif avec beaucoup d’enthousiasme : « il y a énormément à apprendre en termes d’agilité, de co-construction, d’engagement. Ce sont aussi de belles leçons de vie. » Elle décrit aussi combien concilier l’énergie de l’entreprise avec un engagement solidaire est enrichissant. « C’est génial de voir que l’impact de mon travail dépasse les seules limites de l’entreprise. On est porté par les sujets et par des rencontres inoubliables. » C’est d’ailleurs ce qu’elle constate aussi auprès des salariés qui s’impliquent dans un projet associatif, par du mécénat de compétences ou en dehors de leur temps de travail. On en ressort comme « grandi », « plus adaptable et plus ouvert, c’est indéniable. »

 

, , , , ,