L’Ouvre-Boîte d’Apprentis d’Auteuil : l’emploi des jeunes par l’entrepreneuriat

L’Ouvre-Boîte d’Apprentis d’Auteuil : l’emploi des jeunes par l’entrepreneuriat
En 2016 en France, 1,9 million de jeunes de 15 à 29 ans n'étaient ni à l’école, ni en emploi, ni en formation. Apprentis d’Auteuil développe ainsi de nombreux programmes à destination de ces jeunes pour favoriser leur insertion professionnelle. Le dernier né est L’Ouvre-Boîte, dispositif d’accélération pour jeunes de moins de 30 ans porteurs d’un projet entrepreneurial. Ce projet, proposé aujourd’hui dans 4 villes de France, est soutenu pour les 3 prochaines années par la Fondation Société Générale.


 

 

Lever les freins à la création d’entreprise

 

Selon les résultats d'une enquête menée par Opinion Way pour Ulule en octobre 2017, 55 % des jeunes de moins de 30 ans souhaitent créer une entreprise. Cependant, ils identifient le manque de financement et de connaissances en gestion, prospection et suivi administratif comme freins majeurs à la création. Expérimenté en 2013 à Marseille, L’Ouvre-Boîte accompagne donc les jeunes de 18 à 30 ans peu ou pas qualifiés et n’ayant aucune ressource personnelle (financière, sociale, professionnelle) dans leurs projets entrepreneuriaux.

 

« À Apprentis d’Auteuil, nous pensons que même peu qualifié, peu expérimenté ou au chômage, tout jeune porteur d’un projet d’entreprise peut devenir entrepreneur et créer une activité pérenne s’il bénéficie d’un accompagnement adapté », explique Stéphanie Saleilles, chargée de mécénat au sein d’Apprentis d’Auteuil. « En permettant à un public éloigné de l’emploi de créer son activité, Apprentis d’Auteuil propose un formidable levier d’ascension sociale. »

 

Un accompagnement global pour créer des emplois durables

 

L’enjeu pour ce dispositif sur mesure : assurer un taux de survie des structures accélérées de 80 % à trois ans. En effet, 72 % des jeunes créateurs non qualifiés cessent leur activité dès la première année, selon une étude du Centre des Jeunes Dirigeants. L’accompagnement s’effectue donc en trois étapes, pendant 2 ans, du montage de projet à la stabilisation de l’activité permettant la rémunération du porteur de projet. La première phase, collective, est l’accélération, pour renforcer les compétences des entrepreneurs et solidifier leurs business plans. S’ensuit une phase de test en situation réelle afin d’ajuster leurs modèles économiques et créer une première base de clients. Enfin, viennent le lancement et le développement de l’activité. Tout au long du dispositif, les jeunes peuvent s’appuyer sur un·e chef·fe d’entreprise mentor.

 

Depuis le lancement du programme, 58 jeunes sont accompagnés avec le dispositif Ouvre-Boîte à Paris, Nantes, Nice et Lyon ; un Ouvre-Boîte ouvrira à Marseille dans les prochains mois. Chloé Pommeau, accompagnée à Nantes et fondatrice de L’Aventurière, une marque de vestes ethniques, a pu mener son projet à hauteur de ses ambitions grâce à cette formation. « Avant, j’avais fait fabriquer 40 vestes made in France, un site internet de vente en ligne qui ne fonctionnait pas vraiment… », témoigne-t-elle. « Ce programme m’a permis d’être accompagnée, de prendre confiance en moi et de ne plus être seule. » Depuis, elle a mené avec succès une campagne de crowdfunding sur Ulule pour financer une nouvelle production.

 

Des opportunités d’engagement au niveau national

 

Pour les prochains développements du dispositif, Apprentis d’Auteuil pourra s’appuyer sur la Fondation Société Générale, dont elle est grand partenaire depuis 2014. La fondation soutient ce programme depuis juin 2018 pour une durée de 3 ans via un appui financier à différents Ouvre-Boîtes, ainsi qu’à la coordination nationale du projet. Par la suite, la fondation et Apprentis d’Auteuil souhaitent développer l’engagement des collaborateurs et des clients Société Générale autour de ce projet et des entreprises des bénéficiaires qui couvrent des domaines aussi variés que la mode, les services ou le digital.

 

 

Crédit photo : © JP POUTEAU/Apprentis d'Auteuil

 

 

, , , ,