Des fondations d’entreprises plus que jamais engagées pour les droits des femmes

Des fondations d’entreprises plus que jamais engagées pour les droits des femmes
Sur le territoire français, de nombreuses fondations n’attendent pas la Journée du droit international des droits de la femme pour s’engager et mobiliser leurs collaboratrices et collaborateurs. Que ce soit pour proposer aux jeunes filles une éducation de qualité, pour lutter contre les violences faites aux femmes ou pour leur permettre une insertion sociale et professionnelle, certaines fondations ont choisi de soutenir des projets en France ou à l’international pour faire changer les mentalités et mobiliser l’ensemble des acteurs sur les droits des femmes.


 

Des fondations engagées pour le droit des femmes

 

En France, certaines fondations d’entreprise ont décidé de soutenir exclusivement des projets en faveur des femmes.  Avec son magazine ELLE, le Groupe Lagardère Active lance en 2004 une fondation d’entreprise pour défendre la place des femmes, leur droit à s’épanouir et à s’affirmer dans la société. La Fondation ELLE soutient par exemple l’association Le Filon qui propose des activités liées à la réinsertion sociale et économique aux femmes sans domicile fixe. Créée en 2011, la  Fondation CHANEL soutient et accompagne des projets améliorant la situation économique et sociale des femmes et des adolescentes dans le monde. D’autres comme la Fondation Raja Danièle Marcovici soutiennent des initiatives en faveur des femmes depuis des années. Cette dernière mène un combat depuis 12 ans maintenant : soutenir l’émancipation des femmes, témoigner et sensibiliser et mobiliser les collaboratrices et collaborateurs du Groupe RAJA sont ses trois missions.

 

D’autres leur réservent une part importante de leur mécénat

 

Solidarity AccorHotels, le fonds de dotation du groupe AccorHotels dont la mission est d’aider les populations en rupture de lien social et en situation de précarité soutient, entre autres, des projets en faveur des femmes exclusivement. En Inde, ils soutiennent la coopérative Madre Teresa Societa ; une formation à la couture auprès de 20 mères célibataires pour leur permettre une autonomisation sociale et professionnelle. Travailler leur permet de contribuer aux revenus de la famille et de gagner ainsi le respect de leurs proches et de leur communauté selon le rapport Favoriser l’autonomie économique des femmes. Quant à la Fondation SANOFI, l’un de ses trois domaines d’intervention concerne l’amélioration de la santé maternelle et néonatale. En 2018, ils ont soutenu un projet en Mongolie pour renforcer le métier et les compétences des sages-femmes. Généralement, un même projet est soutenu par plusieurs mécènes ou fondations. C’est le cas de l’association Rêv’ellesqui accompagne des jeunes filles issues de quartiers précaires à se réaliser personnellement et professionnellement, soutenu par des entreprises comme EDF ou UP. Plusieurs mécènes comme a Fondation Total, la Fondation Société Générale ou la Fondation Veolia ont décidé de soutenir Empow’her pour soutenir les femmes dans leur parcours entrepreneurial.

 

“ELLES ont toutes une histoire” ; quand les fondations agissent ensemble

 

Initié en 2016, le projet ELLES ont toutes une histoire attire l’attention sur le respect de la dignité et des droits des femmes d’aujourd'hui grâce à une collection documentaire diffusée sur les chaînes et plateformes de France Télévisions, dont le concept est itératif chaque année. Avec le soutien de nombreuses fondations engagées comme la Fondation Chanel, la Fondation ELLE, la Fondation Kering, la Fondation Kpmg, la Fondation Raja Danièle Marcovici , la Fondation RATP, la Fondation Sanofi Espoir et la Fondation Unilever, cette quatrième saison composée de 7 volets, met en lumière l’engagement des hommes pour les femmes et montre une certaine collaboration entre ces fondations d’entreprise engagées. Dans l’une des vidéos, Richard Matis, gynécologue obstétricien et membre de Gynécologie sans frontière explique :  « Ce que j’ai découvert, c’est la puissance et la force des femmes et leur capacité de résilience à se sortir de situations traumatisantes et extrêmement complexes. C’est primordial que les hommes soient impliqués dans un combat qui concerne les femmes.»

 

 


 

, , , ,