[LU] Les donateurs, sursollicités par les associations

[LU] Les donateurs, sursollicités par les associations
Si les dons sont de loin la pierre angulaire des associations, un appel aux dons mérite d’être fait avec parcimonie au risque de perdre des donateurs. C’est ce que nous explique Mathieu Castagnet dans son article Les associations au risque de la sursollicitation des donateurs paru dans La Croix.


 

 

 

 

Un risque de sentiment de harcèlement pour certains donateurs

 

Dans cet article de La Croix, André et Jean-François ont un point commun : avoir reçu des centaines de courrier d’associations pour des demandes de dons. Une pratique pour eux, agaçante qui pourrait les dissuader de donner.

 

Dans cet interview accordée à La Croix, Christian Wintenberger, directeur du marketing aux Apprentis d’Auteuil constate qu’avec une diminution des aides publiques,  « le seul moyen de poursuivre les missions de l’association, c’est de solliciter les donateurs ». Les responsables des associations sont bien conscients du problème mais peu sont au courant des donateurs agacés par la pratique de la sursollicitation selon Sylvie Morin-Miot, responsable adjointe de la collecte de MSF.

 

Des profils de donateurs visés

 

Antoine Vaccaro, président du Centre de recherche sur la philanthropie (Cerphi), constate que solliciter un donateur à la place d’une personne qui n’a jamais donné est plus rentable. Ce qui expliquerait que certains donateurs deviennent des cibles potentielles.

 

D’autant plus, que les coordonnées de ces personnes sont souvent  communiqués « au gré d’échanges et de partenariats » à d’autres associations. Pourtant, dans une étude réalisée par le réseau d’experts Recherches et solidarités, Jacques Malet, interviewé dans cet article précise que « l’abus de sollicitation et de communication figurait parmi les principales raisons pouvant amener un donateur à se détourner d’une association ». Selon, lui cela représente un signal d’alerte.

 

Des solutions pour protéger les donateurs

 

Conscients de ces risques, les associations tentent de viser également des populations plus jeunes mais ne sont pas prêtes à renoncer au mailing. Cependant, l’entrée en vigueur de la nouvelle règle européenne sur la protection des données, celle du Règlement général sur la protection des données (RGPD), offre aux particuliers la possibilité de faire supprimer leur nom des différents fichiers.

 

Lire l’article « Les associations au risque de la sursollicitation des donateurs », paru dans La Croix  le 11 mars 2019.

 

, , , , , ,