Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français, est mort

Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français, est mort
Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français depuis 1955, est décédé ce vendredi, ont annoncé le secrétariat national du Secours populaire et sa famille. “La solidarité ne règle pas tout, mais pour celles et ceux qui la reçoivent, elle est irremplaçable”, aimait-il à répéter.


 

 

Le Secours populaire français et ses 80 000 bénévoles perdent aujourd’hui “un ami”. Julien Lauprêtre, qui était président de l’association caritative depuis plus de 60 ans, est décédé à l’âge de 93 ans dans un hôpital à Paris, des suites d'une chute suite à laquelle il avait été hospitalisé.

 

L’association a rendu hommage, dans un communiqué, à son président, qui “se présentait toujours comme “bénévole à Paris””, précise le Secours populaire. “Il n’était pas un Président ordinaire.” Tous saluent son “humanité”, sa “simplicité”, et sa “sincérité qui allaient droit au coeur”.


 

Une vie d’engagement auprès des plus démunis

 

Président du Secours populaire français depuis 1955, après en avoir été nommé secrétaire administratif en 1954, Julien Lauprêtre a consacré sa vie à l’engagement. C’est sous son influence que de nombreuses opérations du Secours populaire ont été lancées et pérennisées : les Pères Noël verts, les chasses aux oeufs, les “journées des oubliés des vacances”…

 

Fait chevalier de la Légion d’honneur sous François Mitterrand, en 1986, il est ensuite élevé grand officier de la Légion d’honneur, le 12 juillet 2017. Il a également été décoré officier de l’ordre des arts et des lettres.

 

Politiciens français de tous bords, responsables associatifs et personnalités publiques ont déploré à l’unisson son décès et salué une vie d’engagement. "On perd un grand combattant contre la pauvreté", a confié à l'AFP Christophe Robert, le directeur général de la Fondation Abbé Pierre. "C'est quelqu'un qui ne lâchait rien et qui avait une constance remarquable dans la lutte contre l'exclusion."

 

 

, , , , , ,