Devenir entrepreneur de sa vie à 17 ans avec Life Project for Youth

Devenir entrepreneur de sa vie à 17 ans avec Life Project for Youth
Le prochain appel à projets de la Fondation Société Générale, au mois de juin 2019, portera une attention toute particulière aux projets d’éducation et d’insertion par le numérique et/ou l’entrepreneuriat. Ainsi, la Fondation met en avant quelques-uns des projets qu’elle soutient déjà dans ces domaines. Portrait de Life Project for Youth ou LP4Y, un mouvement international dont la mission est de favoriser l’insertion professionnelle et sociale de jeunes issus de la grande pauvreté et victimes d’exclusion à travers une formation à l’entrepreneuriat.


Se former à l’entrepreneuriat pour mieux se projeter dans l'avenir

 

Life Project for Youth s’adresse aux jeunes de 17 à 24 ans vivant avec moins de 1,5 euro par jour : des jeunes de la rue, des jeunes mamans, des migrants, ou encore d’anciens détenus. Le projet, créé initialement en France et en Belgique, est présent aujourd’hui dans 11 pays. Chaque jeune accompagné s’engage dans un programme de formation de 9 mois, le « Professional training for Entrepreneurs », qui se tient dans les Life Project Centers, des incubateurs de projets entrepreneuriaux installés proche ou au cœur des bidonvilles.

 

Ce dispositif s’articule autour de 3 piliers : la gestion d’une micro-activité économique 2 jours et demi par semaine, des formations en anglais, en informatique et en communication professionnelle ainsi que des sessions d’orientation individuelles et collectives avec un coach. La formation se clôture par une immersion en entreprise de 3 mois avant la remise de leur diplôme. Selon l’étude d’impact réalisée par l’association, 85 % des jeunes sortent diplômés du programme et 80 % ont trouvé un travail décent. C’est le cas de Raju, un jeune accompagné par l’association au sein du Life Project Center du Nord de Delhi.

 

« Raju est un orphelin népalais, arrivé à Delhi très jeune et qui vivait dans la rue avant d’intégrer LP4Y à l’âge de 18 ans », raconte Laure Delaporte, une des fondatrices de Life Project for Youth. « Grâce à sa motivation et détermination, il a rejoint les équipes Decathlon dans un de leurs entrepôts. Aujourd'hui, après 2 ans chez Decathlon, il gère une équipe de 6 personnes et est même devenu actionnaire comme d’autres employés. » Il a d’ailleurs récemment pu témoigner de l’impact de cette formation auprès de jeunes accompagnés par LP4Y dans son pays natal.

 

Un programme soutenu par des partenaires engagés

 

La Fondation Société Générale accompagne LP4Y depuis 2014. Elle a d’abord soutenu les projets de l’association au Vietnam puis, en 2017, a soutenu la création du Life Project Center de Malwani à Bombay, en Inde : recherche de locaux pour le futur centre, élaboration des premières formations dans un centre provisoire, recrutement des premiers jeunes accompagnés.... Ce centre, qui accompagne plus de 60 jeunes aujourd’hui, reçoit régulièrement le soutien en mécénat de compétences de collaborateurs de la banque. « Cette exposition au monde professionnel est clé dans le processus d'insertion des jeunes exclus, explique Laure Delaporte. C’est l’opportunité d'intégrer un environnement professionnel, de dialoguer avec des employés, d’assister à une séance de présentation de leur métier ou de participer à des simulations d’entretiens. »

 

10 ans d’existence et encore de nombreux projets à venir

 

Le projet Life Project for Youth fête ses 10 ans cette année et continue de se développer à grande vitesse. L’association cible de nouvelles populations, comme les jeunes en danger de grandes villes telles que Paris et New York, et de nouveaux pays, avec l’ouverture de centres au Myanmar, Bangladesh en 2019 et au Sri Lanka en 2020. LP4Y va également développer des projets dans les pays de la région Méditerranée, où les crises humanitaires et migratoires ont donné lieu à une croissance du nombre de jeunes sans emploi et aux perspectives réduites. Ainsi, à compter d’octobre 2019, une équipe LP4Y basée au Liban effectuera une étude approfondie sur la région afin de pouvoir, à terme, y adapter sa méthodologie.

 

Crédit photo : LP4Y.

, , , , ,