[POSITIVONS] Atchoum, la solution de covoiturage solidaire rural

[POSITIVONS] Atchoum, la solution de covoiturage solidaire rural
Pour bien démarrer la semaine, Carenews vous propose chaque lundi un projet innovant, social et solidaire. Aujourd’hui, focus sur Atchoum, une startup de la région toulonnaise qui propose une solution de transport entre voisins et à petit prix, pour les habitants des zones rurales.



 

Dans les campagnes et les petits villages, pas de métro, pas de tram, et parfois même, pas de bus… Seulement la voiture pour se déplacer. Mais comment faire, justement, lorsqu’on n’a pas de voiture ? C’est pour répondre à ce problème que Vincent Desmas a créé Atchoum en 2017. « Je me suis retrouvé dans cette situation à titre personnel, en 2015, et c’est là que l’idée a germé », raconte cet ancien chef d’entreprise installé dans la région aixoise.

 

La startup Atchoum, basée dans l’arrière-pays de Toulon, met en relation des habitants de petites communes (moins de 3 500 habitants) qui ont besoin ponctuellement d’un moyen de transport, et des conducteurs proches de chez eux prêts à se rendre disponible.


 

Apporter une solution au manque de mobilité en milieu rural

 

Comme sur Blablacar ou Uber, l’utilisateur peut réserver son trajet en avance, sur une plateforme de réservation en ligne ou sur l’appli mobile... mais aussi via un centre d’appel téléphonique. « Tout le monde n’a pas un smartphone, ni une bonne connexion internet, surtout dans les zones rurales isolées », rappelle Vincent Desmas. Et pour cause : les personnes âgées, peu familières avec les nouvelles technologies, font partie du public cible d’Atchoum. Les jeunes sans permis et/ou sans voiture, qui auraient besoin de se déplacer pour passer un entretien d’embauche ou aller au travail, font aussi partie des utilisateurs fréquents du service d’Atchoum. « Derrière la question de la mobilité, il y a une dimension sociale, économique, indispensable pour les territoires », souligne Vincent Desmas.

 

Quant aux conducteurs, ce sont essentiellement de jeunes retraités ayant envie de rendre service à leurs voisins, ou des non-retraités prêts à covoiturer, ou plutôt à « courvoiturer »,  pour leurs trajets du quotidien. Le trajet est rémunéré à très faible prix (entre 20 et 35 centimes selon la distance parcourue) pour rester un moyen de transport solidaire, mais sans être un coût pour les volontaires.


 

27 communes partenaires

 

Pour financer le service, Atchoum propose aux collectivités qui souhaitent être référencées dans la plateforme, un abonnement à 50 euros par mois pour chaque 1 000 habitants. Une fois l’abonnement pris, le service est accessible aux habitants de la commune. Le marché est conséquent, puisque les communes de moins de 3 500 habitants représentaient environ 33 % de la population française, selon un des statistiques établies au 1er janvier 2018.

 

Aujourd’hui, Atchoum est présent dans 27 communes, sur quatre départements : le Var, le Lot, l’Aveyron et l’Alsace. La startup a fait une entrée réussie dans le monde de l’ESS : elle a reçu le prix Start des 10 000 startups pour changer le monde de La Tribune et BNP Paribas en mars, est agréée ESUS (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale) et labellisée Capénergies.

 

La startup voit plus loin et ambitionne de s’implanter sur tout le territoire. « La solution répond à un vrai besoin, mais nous avons besoin d’aide pour nous développer ». À bon entendeur...

 

, , , , , ,