Soirée anniversaire et remise des prix de la Fondation la France s'engage

Soirée anniversaire et remise des prix de la Fondation la France s'engage
Vendredi 28 juin, la Cité Fertile de Pantin accueillait la cérémonie de remise des prix 2019 de la Fondation la France s’engage. Cette soirée a aussi été l’occasion de célébrer les 5 ans du mouvement La France s’engage en présence de son président et fondateur François Hollande ainsi que de nombreux mécènes et personnalités publiques engagés aux côtés de la fondation. Reportage.


 

 

 « Je déclare cette cérémonie de remise des prix ouverte ! » Sur la scène de la Cité Fertile de Pantin, Martin Hirsch, président de l’AP-HP et secrétaire de la Fondation, donne le coup d’envoi de la soirée animée par la journaliste Laura Tenoudji. Il est 19h30. Les quelque 500 personnes installées dans le public agitent leur éventail, pressent les brumisateurs mis à leur disposition. La canicule n’a pas suffi à décourager les acteurs de l’innovation sociale : porteurs de projets, politiques, mécènes, tous se sont donné rendez-vous dans cette friche industrielle réhabilitée au cœur du futur éco-quartier de Pantin. Ce soir on célèbre les 5 ans de La France s’engage et la remise des prix 2019. Qui sont les nouveaux visages de l’innovation sociale ? À quels problèmes de notre société ces Français engagés apportent-ils des solutions ?  Après 10 mois de sélection, 669 candidatures et près de 260 jurés mobilisés, le suspense touche à sa fin.

 

Former les plus vulnérables

 

 « Il faut davantage de place pour les territoires (…), former les personnes en difficulté (…) et soutenir l’humanisation de la technologie ». Par ces mots, François Hollande, président de la Fondation la France s’engage, donne le ton de cette 6e promotion. Un à un, les porteurs de projet sont appelés à monter sur scène sous les applaudissements du public. Avec conviction, chacun présente son projet puis reçoit son prix de la main d’une personnalité engagée aux côtés de la fondation : Patrick Pouyanné (PDG de Total), Sophia Aram (humoriste), Lena Simonne (mannequin et engagée auprès du réseau Entourage, lauréat La France s’engage), Jean-Yves Hays (directeur administratif d’Andros), Martin Hirsch (DG de l’AP-HP), Antoine Sire (directeur de l’engagement de BNP Paribas), Bertrand Kern (maire de Pantin), Alice Barbe (directrice de Singa France), ou encore  Frédéric Bardeau (président de Simplon).

 

« Il faut croire en ses rêves, merci de rendre ces rêves possibles », déclare Frédérick Mathis, directeur de 3PA, l’école de la transition écologique, l’un des 12 nouveaux lauréats. Parmi les projets innovants retenus cette année, en plus de 3PA, trois sont dédiés à la formation professionnelle : l’association Départ avec Des Étoiles et des Femmes qui permet aux femmes en difficulté de bénéficier d’une formation d’excellence auprès de chef étoilés, le centre de formation le Choix de l’école pour engager les jeunes diplômés de grandes écoles à enseigner dans les écoles des quartiers prioritaires, mais aussi l’association Wintegreat qui propose un parcours pour redonner vie aux projets professionnels des personnes réfugiées.

 

Lien social et innovation technologique

 

« Mon rôle, c’est de nourrir les hommes et non de produire pour jeter ! » À l’image d’Angélique Delahaye, agricultrice et co-fondatrice de l’association Solaal de lutte contre le gaspillage alimentaire, de nombreuses associations en régions ont également été récompensées : La Fabrique Opéra, créateurs d’opéras coopératifs, l’Orchestre Symphonique Divertimento  et le centre d’art et de transformation social l’Envol oeuvrent pour l’accès à la culture pour tous. Quant à Villages Vivants, société immobilière non spéculative, elle vise à redynamiser l’économie des cœurs de villages.

 

En récompensant l’association Resonantes et son application mobile App-elles, qui vient en aide aux femmes victimes de violences, le jury a également souhaité soutenir l’innovation technologique mise au service de l’humain. L’association Ava a aussi été sélectionnée pour son application de reconnaissance vocale permettant l’intégration sociale des personnes sourdes et malentendantes. Éloquent, Simon Houriez, fondateur du portail de la langue des signes françaises de l’association Signes de Sens, rappelle à la tribune qu’il faut « voir le handicap comme un levier d’innovation, dans lequel on peut investir ». Face à lui, Jean-Luc Hays, directeur administratif d’Andros, chargé de lui remettre le prix, semble impressionné : « Quel dynamisme, quelle vision, bravo ! » La protection de l’environnement, elle, était au cœur du concours DOM TOM (février 2019) : Kazarecycle et ses récifs artificiels ainsi que le triporteur intelligent de l’association Alie ont été plébiscités.

 

« Une vitalité associative considérable en France »

 

Grâce à cette récompense, les 12 lauréats labellisés La France s’engage vont bénéficier d’un soutien financier allant de 100 000 à 300 000 euros sur trois ans, d’un suivi personnalisé et du soutien des entreprises partenaires (mentoring, mécénat de compétences…). L’objectif à terme est de permettre à chaque association d’essaimer son concept sur l’ensemble du territoire voire à l’international. « C’est réjouissant de voir les Français qui se bougent pour les autres, cela doit toujours être soutenu, encouragé , estime le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Gabriel Attal, à la suite de la remise des prix. Reconnaissants, les lauréats, eux, ne cachent pas leur satisfaction. « Ce dont je suis la plus fière, c’est d’avoir réussi à embarquer autant de personnes avec moi contre les violences faites aux femmes », résume Diariata N’Diaye, fondatrice de l’association Resonantes, avant d’ajouter : « La Fondation la France s’engage ça fait rêver, c’est un soulagement énorme, tu as vraiment l’impression que la France est derrière toi.»

 

« Il y a 5 ans, je cherchais un grand chantier. Un chantier qui puisse changer des vies et s’inscrire dans le temps », se souvient sur scène François Hollande. « Depuis j’ai appris qu’il y avait une vitalité associative considérable dans notre pays. Plein de gens inventent, créent, imaginent. Il faut leur dire, vous n’êtes pas tout seuls et faire en sorte que ces initiatives soient généralisées.» Dehors, une dizaine d’associations soutenues par La France s’engage depuis son lancement en 2014 ont posé leur stand et proposent au public de tester leurs solutions en direct au sein du village des innovations. Grâce à l’accompagnement de La France s’engage, toutes ont grandi puis essaimé leurs idées à une plus grande échelle.

  

131 projets labellisés en 5 ans

  

Le Carillon, Coexister, Agir pour la Santé des Femmes, qu’ils soient de la 1ère, 2e ou 5e promo, tous reconnaissent l’extraordinaire puissance du label La France s’engage. « Toute la crédibilité de notre association est venue du label, se souvient Nicolas Mathy, co-fondateur de la Cravate Solidaire (lauréat 2014). Tous les partenaires que l’on a aujourd’hui, c’est grâce à eux.» Pour Claire Duizabo du Réseau Entourage (lauréat 2016), La France s’engage, c’est « beaucoup de partages, des évènements, des échanges entre porteurs de projet ». Au stand de l’association pour le développement de la santé des femmes (ADSF) on invite le public à constituer un kit d’hygiène destiné aux femmes en situation de précarité. Sa fondatrice, Nadège Passereau, lauréate 2017, engagée depuis près de 15 ans dans l’associatif, pointe surtout « un accompagnement enfin adapté aux associations avec La France s’engage, où l’on peut dire les choses, avec une compréhension des enjeux ».

 

 En musique et sous une pluie de confettis, les lauréats des six promotions montent sur scène, accompagnés des partenaires de la Fondation. Qui dit anniversaire dit aussi gâteau géant orné de macarons. « Vous contribuez à faire avancer notre pays, assure François Hollande à l’adresse des lauréats dans son discours de clôture. Mais l’État ne peut pas tout et si l’on veut que cela s’amplifie, il faut de nouveaux financements privés. » Depuis sa création, La France s’engage a soutenu près de 131 projets grâce à un budget total de 50 millions d’euros sur cinq ans. Plus des deux tiers de ce budget global provenaient de fonds privés.

, , ,