[ÉTÉ] Entrepreneuriat social : le lexique de l’enfer

[ÉTÉ] Entrepreneuriat social : le lexique de l’enfer
Septième article de nos cahiers de vacances sociaux et solidaires. À force de « pitcher » devant des jurys, de témoigner dans des podcasts et de répondre à des interviews dans les médias, les acteurs de l’engagement jargonnent. Pour éviter de provoquer une « overdose » chez votre prochain interlocuteur, voici quelques expressions à utiliser avec parcimonie. 


 


 

Le pharmakon : à la fois remède et poison, problème et solution, le pharmakon est un concept issu de la Grèce Antique. On parle souvent d’internet ou du numérique comme un pharmakon, pour les avantages et les opportunités qu’ils représentent et les problèmes qu’ils engendrent (environnementalement et socialement).

 

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin : proverbe africain entendu approximativement toutes les 5 secondes dans un networking de l’ESS qui a remplacé « l’union fait la force ». En effet, que serait Batman sans Robin ? 

 

Les bisounours : ces petits oursons ont bercé des milliers d’enfants dans les années 80. Gentils, câlins et attentionnés, ces petites bêtes sont très naïves et croient que le monde n’est fait que de merveilles et de gentillesse. Le secteur de l’ESS est souvent caractérisé comme tel pour son caractère social et l’esprit positif qu’il incarne. Et si on partait simplement du principe que tenter d’améliorer les choses est une noble cause à ne pas justifier ?!

 

Polliniser: essaimer ses idées chez les autres! Plus sérieusement, ce phénomène vise à essayer de faire comprendre à tout le monde que nous avons l’idée du siècle. Fleur après fleur, contact après contact, l’entrepreneur butine pour transmettre ses idées novatrices à autrui. 

 

Coconstruction : méthodologie visant à inclure, dès la base, plusieurs acteurs dans le processus de création d’un projet. Depuis quelques années, les mots en « co- » connaissent un véritable engouement. 

 

Gagnant-gagnant : négociation en partie satisfaisante et insatisfaisante pour toutes les parties. Expression souvent utilisée pour se convaincre que nous n’avons pas perdu la bataille. Traduction : c’est mieux que rien. 

 

Agile  : méthodologie louée pour sa flexibilité et sa capacité à innover et avancer rapidement dans la réalisation d’un problème. Pour certains être agile revient à gérer comme imprévus « comme on peut » ou « en mode freestyle ». 

 

Mode projet : expression utilisée pour justifier que nous sommes sous l’eau et que nous manquons clairement d’organisation. 

 

Essaimer : tentative de colonisation de tout le territoire, voire l’Europe et même les États-Unis avec notre super méga bonne idée. 

 

Bienveillance : dans la même veine que les bisounours, la bienveillance est prônée en toute circonstance dans le secteur. Attention à ne pas la confondre avec l’hypocrisie.  

 

Impact : terme utilisé pour justifier ce que l’on fait. Malheureusement, les entrepreneurs expliquent rarement ce qu’ils sous-entendent derrière ce mot, ni quel est leur étalon de mesure d’impact. 

 

Disrupter le système : être fièr·e d’avoir développé un modèle ou une idée qui va à l’encontre d’un système en désuétude ou jugé archaïque. 

 

Uberiser : le problème, c’est qu’aujourd’hui, on veut tout uberiser ou être le « uber de ». Alternative au salariat, l’uberisation permet une mise en contact direct entre clients et professionnels grâce à la technologie. 

 

Inspirant : qualificatif utilisé pour les personnes, les projets, les documentaires ou toute nouvelle découverte réalisée par les acteurs de l’ESS. 

 

Vivre ensemble : entretenir des relations cordiales avec autrui, en toute bienveillance (cf. définition supra). En réalité, nous habitons tous sur la même planète, cela signifie simplement faire preuve de savoir vivre et de politesse. 

 

Silo : méthodologie de travail consistant à cloisonner les pôles de l’entreprise.Chacun travaille de son côté sans collaborer avec les autres services. L’anti-concept de la startup ouverte, bienveillante et co-constructive. 

 

Résilient : caractéristique essentielle à tout entrepreneur qui souhaite réussir. Capacité à poursuivre son projet lorsque personne n’y croit excepté vous. 

 

Le colibri : si on vous qualifie de colibri, n’y voyez pas de lien avec l’oiseau. Le colibri est l'incarnation de celui qui tente d’apporter sa pierre à l’édifice malgré ses faibles ressources et la limitation de son impact. Un utopiste  ! 

 

Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde : expression visant à motiver les foules et les convaincre que chacun d’entre nous peut changer les choses. Malheureusement tout le monde ne possède le charisme d’un superman (et n’aime pas le collant en lycra). 

 

, , , , ,