[SOCIAL TECH] Recommerce, pionnier français des smartphones reconditionnés

[SOCIAL TECH] Recommerce, pionnier français des smartphones reconditionnés
Chaque mardi, nous vous présentons une initiative tech positive, vertueuse pour l’environnement et la société. Cette semaine, focus sur Recommerce, une entreprise qui fête bientôt ses 10 ans dans le reconditionnement de smartphones et qui fait figure de précurseure en la matière.


 

 

 


 

Qui aurait dit que le marché des smartphones reconditionnés prendrait une telle ampleur en 10 ans ? Il y a quinze ans, Benoît Varin et Pierre-Étienne Roinat, alors étudiants à l’Institut des Mines-Télécom, font un constat : il y a trop de téléphones inutilisés, stockés dans les tiroirs ! Pour les deux jeunes ingénieurs, ce n’est pas une fatalité, au contraire. Ils y voient une opportunité, et un business model inédit : collecter, reconditionner et revendre ces téléphones à moindre prix. Ainsi naît Recommerce Solutions, après que le projet ait été incubé au sein de l’école Mines-Télécom. 

 

Le business model de Recommerce se place ainsi au carrefour de l’économie circulaire et du développement durable. « Dès le début, nous nous sommes fixés deux missions, qui sont toujours les nôtres après 10 ans d’activité : réduire l’impact environnemental des téléphones, et rendre la technologie accessible financièrement au plus grand nombre », explique Benoît Varin, aujourd’hui directeur RSE de Recommerce. 


 

 

Une tendance de fond, le « mieux consommer » 

 

 

L’activité de Recommerce prend de l’ampleur en même temps que le marché des smartphones explose, avec l’arrivée en force des Iphones au début des années 2010. Aujourd’hui, l’entreprise francilienne vend ses smartphones reconditionnés sur son site internet, dans 7 000 boutiques partenaires en France et dans 24 pays à travers le monde. L’entreprise a levé 50 millions d’euros en février 2018, poursuit son développement à l’international et travaille pour élargir prochainement son offre à d’autres produits.

 

Si le marché du reconditionnement représente aujourd’hui 10,6 % du marché du smartphone, selon une récente étude Kantar pour Recommerce, quelques freins subsistent pour son développement. Pour Benoît Varin, le premier obstacle à lever est celui de la fiscalité. « Il faut une fiscalité spécifique à l’économie circulaire, pour rendre accessible financièrement les produits reconditionnés », explique-t-il. Cette piste a néanmoins été écartée par le Gouvernement pour sa feuille de route de l’économie circulaire, qui doit être discutée la semaine prochaine en séance publique, au nom de la neutralité fiscale.

 

 

Article modifié le 18/09/2019 à 11:44

, , , , , ,