ZEVENT EXPLOSE LES COMPTEURS

ZEVENT EXPLOSE LES COMPTEURS
Pour sa 4ème édition, l'événement de collecte de la communauté des gamers français Zevent collecte 3,5M€ au profit de l'Institut Pasteur. Et devient au passage la plus importante collecte réalisée par des gamers dans le monde.


"On ne doublera peut-être pas les dons chaque année", prévenait Adrien Nougaret (aka ZeratoR, l'un des deux organisateurs en chef de Zevent) sur Twitter dans les premières heures de ce marathon qui a rassemblé le weekend dernier plus de cinquante streamers pour cinquante-cinq heures de marathon de jeu vidéo en ligne via la plateforme Twitch. Après avoir collecté 170.000 € en 2016 pour Save The Children, puis 500.000 € en 2017 au profit de la Croix Rouge, et enfin 1,1M€ l'an dernier pour MSF (voir ici notre article de l'an passé), le bilan dépasse les espérances puisque les dons n'ont pas doublé mais triplé : 3,5M€ collectés cette année, au bénéfice de l'Institut Pasteur. Avec un emballement particulier dans la journée de dimanche, où les dons ont explosé de 1M€ à 3,5M€.

Du côté de la recette, rien n'a changé : du jeu en ligne, de l'humour potache, des défis individuels sous forme de "donation goals" jetés en pâture par les streamers – tous physiquement dans la même pièce – à leurs communautés ("si je dépasse tel montant, je fais Montpellier-Marseille à vélo" etc.), vente de T-Shirt (le site de vente en ligne ayant lui aussi momentanément explosé : 62.000 ventes contre 22.000 l'an passés). Mais l'installation du rendez-vous dans les habitudes, la préparation de plus en plus pro, l'accréditation de médias, etc. font gonfler la caisse de résonnance à tel point que #Zevent2019 s'est hissé durant le weekend à la troisième place des tendances mondiales sur Twitter. Et que le compte d'Emmanuel Macron s'est fendu d'un tweet de félicitations.

Avec 2.5 millions de visiteurs uniques (et un pic d'audience à près de 600.000 visiteurs dans la soirée de dimanche), un don moyen à 12€ et près de 240.000 dons au total, Zevent fait une nouvelle fois la preuve de l'efficacité de la collecte digitale sur des communautés captives et motivées. La cause de cette année, anglée « recherche », aurait pu paraître moins bankable qu'un Médecins Sans Frontières ou une Croix Rouge auprès des gamers.

Car l'événement importe à la cause. Comme le rappelle Frédéric Fournier, fondateur de l'agence mind me, dans une tribune publiée sur LinkedIn, le Pasteurdon "du même Institut Pasteur : 40 médias mobilisés dont 24 chaînes de télévision, quatre jours de campagne pour...2 M€ collectés". Mais à l’inverse, la cause importe-t-elle à l'événement ?

Si l’Institut Pasteur a su se mobiliser sur le projet, si ses projets ont été bien présentés (mention spéciale au community manager qui a dû faire un beau marathon, comme en témoigne la publication de cette mise en position latérale de sécurité dimanche), il est probable que toute autre grande association aurait généré autant de dons. C'est d'ailleurs le fondement du choix du bénéficiaire, racontait Adrien Nougaret au Figaro avant l'événement : les organisateurs de Zevent auraient reçu plusieurs centaines de mails d'aspirants bénéficiaires après l'édition 2018, mais ont choisi de se concentrer sur une grosse structure, consensuelle, et ne bénéficiant pas encore d'une trop grosse caisse de résosnance médiatique. Alors, maintenant que Zevent réinvente un peu l'événementiel de collecte, c’est à l’Institut Pasteur d'inventer la capitalisation qui va avec.

Pour en savoir plus sur les dessous de l'organisation de l'événementà regarder ici l'interview d'Adrien Nougaret – ZeratoR au Figaro.

, , , , , , , ,