Observatoire de l’entrepreneuriat au féminin

Observatoire de l’entrepreneuriat au féminin
L’observatoire a pour objectif de dresser un état des lieux des besoins, attentes et difficultés rencontrées par les femmes entrepreneures en France, notamment en matière de création et de financement de leur entreprise.


Cette deuxième édition de l’observatoire BNP Paribas de l’entrepreneuriat au féminin, crée en 2018, s’inscrit dans le cadre du programme #ConnectHers de BNP Paribas qui vise à accompagner les femmes entrepreneures.

Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité exécutif et Directrice Croissance & Entreprises de BNP Paribas, a déclaré : « Les constats que nous avions dressés en 2018 sont toujours d’actualité. Les femmes entrepreneures sont toujours freinées par un certain manque de confiance, un recours moins important aux réseaux professionnels et aux financements externes (dette ou capital), même si la relation des entrepreneures à leur banque semble s’améliorer. Si nous ne pouvons que saluer les initiatives qui se multiplient partout en France pour favoriser l’entrepreneuriat au féminin, l’inégalité des conditions de création d’une entreprise entre les femmes et les hommes nécessite une mobilisation collective. Nous le savons, le développement de l’entrepreneuriat au féminin représente un potentiel de croissance économique important pour la France. Nous ne devons pas nous en priver.»

Découvrez les principaux enseignements de l’étude réalisée par Occurrence :

 

Pour 60 % des entrepreneures, créer une entreprise est une forme d’engagement pour la société 

La 2e édition de l’Observatoire de l’entrepreneuriat au féminin, réalisé avec Occurrence, permet de constater que les femmes entrepreneures voient dans la création de leur entreprise un véritable projet de vie. Elles sont ainsi 37 % à déclarer avoir créé leur entreprise d’abord pour se sentir plus autonomes et 35 % pour donner plus de sens à leur vie. Pour 6 entrepreneures sur 10, l’entrepreneuriat est d’ailleurs une forme d’engagement pour changer la société. Elles sont  majoritairement à la tête de leur première entreprise : 3 % des femmes entrepreneures déclarent ainsi avoir déjà créé plusieurs entreprises, pour 15 % pour les hommes entrepreneurs.

Le manque de confiance en soi demeure un frein pour 18 % des entrepreneures

Les principaux freins mis en avant par les femmes entrepreneurs sont sensiblement identiques à ceux des entrepreneurs : un revenu insuffisant pour soi-même (36 % des femmes entrepreneurs pour 30 % des hommes entrepreneurs) et la peur de l’échec financier pour l’entreprise (respectivement 25 % et 24 %). Malgré cela, le manque de confiance en soi demeure un frein trois fois plus important chez les entrepreneures (18 % pour 6 %).

Des réseaux professionnels encore sous exploités

Les entrepreneures sont légèrement moins nombreuses que l’année précédente à fréquenter un réseau professionnel : plus de 50 % d’entre elles déclarent ne pas en être membre. Les entrepreneurs s’ouvrent davantage vers les réseaux mixtes, puisqu’elles sont 27 % à être membre d’un tel réseau, et 17 % d’un réseau féminin. Pour les entrepreneures, ces réseaux sont davantage un lieu d’échanges et d’information. Seules 10 % des femmes entrepreneures voient ainsi dans un réseau professionnel un espace de business, contre près d’un quart des hommes.

Une hausse du financement bancaire malgré un recours toujours important à l’autofinancement

À toutes les phases de leur projet, les entrepreneures privilégient encore majoritairement l’autofinancement. Ainsi, au moment de la création de leur entreprise, 73 % des entrepreneures recourent à ce mode de financement. Dans la seconde phase de vie de leur entreprise (3 à 5 ans), elles sont 36 % à recourir à leur trésorerie, et 21 % à leurs propres économies. Le recours au financement bancaire connaît pourtant une hausse significative (19 % en 2019, contre 10 % en 2018), bien que plus de 6 entrepreneures sur 10 estiment que les hommes ont plus de facilités à obtenir des financements de la part des banques, premier interlocuteur des entrepreneures en France pour plus de 50 % d’entre elles.

Une confiance dans l’avenir et dans la réussite de leur projet

Leur confiance dans l’avenir et dans leur projet est largement partagée. Plus d’1 entrepreneure sur 2 a l’ambition de doubler ou plus son chiffre d’affaires, même si seule 1 entrepreneure sur 3 envisage de se développer à l’international. Enfin, 76 % déclarent avoir confiance en l’avenir.

 

Retrouvez toute l’actualité de ConnectHers ici

 

 

, , , , , ,