Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

SOURIRE À LA VIE EN EXPÉDITION À CHIENS DE TRAINEAUX AU CANADA

SOURIRE À LA VIE EN EXPÉDITION À CHIENS DE TRAINEAUX AU CANADA
11 enfants malades du cancer de Sourire à la Vie rentrent d’expédition à chiens de traineaux dans le Grand Nord canadien et témoignent de l’aventure hors du commun qu’ils ont vécue.


Du 5 au 16 mars dernier, 11 enfants atteints de cancer et suivis par l’association Sourire à la Vie et leurs 5 accompagnateurs (médecin, infirmière, puéricultrice, animateur, spécialiste du sport adapté ) ont vécu l’incroyable aventure : une expédition à chiens de traineaux dans le Grand Nord canadien.

Pendant 5 jours, ils sont partis vivre en pleine nature, en totale autonomie, au cœur de l’hiver canadien, en se déplaçant uniquement à chiens de traîneaux. Ces enfants exceptionnels, en cours de traitement pour la plupart, ont parcouru plus de 200 km en 5  jours, traversant forêt canadienne et lacs gelés. Un exploit pour ces enfants qui bouleverse les idées reçues sur la condition des enfants touchés par cette maladie !

Cet exploit leur a demandé 3 mois de préparation. Bien loin d’un voyage touristique ou d’une simple sortie, vivre pendant 5 jours dans des températures négatives d’une moyenne de -20°C ne s’improvise pas, surtout lorsqu’il y a un engagement physique à réaliser. « Les premiers tests physiques pour certains enfants montraient une fatigue à la marche dès 4 à 5 minutes. Chaque enfant participant étant intégré dans l’étude scientifique que mène notre département de recherche, nous avons pu réaliser des mesures précises et labellisées. En trois mois, les enfants, surmotivés par la perspective de cette aventure, ont développé une motivation au travail de préparation incroyable. Et les résultats de l’expédition sont énormes. Chacun a fait un minimum de 6 heures d’activités sportives par jour sollicitant tous les groupes musculaires autour de l’expédition. » Clothilde Vallet, chargée du projet de recherche RSourire pour mesurer les bénéfices du programme d‘activités physiques de Sourire à la Vie.

C’est avec des étoiles plein les yeux qu’Elisa nous confie : « Je suis triste de laisser mes chiens, je m’en suis occupée entièrement pendant ces 5 jours, ils m’ont guidée, tirée de toutes leurs forces et protégée. Pendant cette expédition, j’ai découvert qu’il y avait plein de choses dont je n’avais pas besoin, comme l’eau courante, un lit confortable, l’électricité et tous les trucs électroniques. J’ai découvert que sans aucun confort, je pouvais être heureuse.»

L’aventure de cette vie simple et sans confort, à l’écoute de la nature et du silence. Une vie comme celle des pionniers qui ont traversé ces forêts et qui restera gravée dans le cœur de ces enfants. Ce retour en pleine nature est fort de sens car ils ont pu vivre complètement déconnecté de leur téléphone, réseaux sociaux, actualités et jeux vidéo. Vivre sans confort et pourtant être heureux.

«  J’ai retrouvé la forme, j’ai pris du muscle, je me sens vraiment bien. Et puis pendant les 11 jours, je n’ai pas regardé mon téléphone, ni la télévision et autres. La nature me comblait, j’étais bien. » Merwan

"On dormait par terre, sur des planches en bois, un petit matelas de sol nous isolait un peu du froid et nous avions des duvets très chauds. Je n’ai jamais dormi aussi bien de toute ma vie." Théo

"Je me suis rendu compte que la nature, à elle seule, nous protège. On dormait à la lisière d’un bois autour d’un lac gelé. Une nuit on a entendu des hurlements de loups, tous nos chiens ont répondu, j’ai trouvé ça très beau." Sauveur

" Chaque soir il y avait une nouvelle bouteille d’eau à décongeler à côté du poêle à bois au cas où on ait soif dans la nuit. À la fin du séjour, il y avait 5 bouteilles gelées et aucune n’a jamais dégelée alors qu’elles étaient à 10 cm du poêle à bois ! Ça nous a bien fait rire. J’ai pas eu l’impression d’avoir si froid. Comme quoi notre corps est exceptionnel, il peut s’habituer à des températures négatives et être en pleine forme" Hugo.

Pour certains, le retour en France s’est fait directement à l’hôpital pour poursuivre leur traitement. Mais ils rentrent de cette aventure avec une énergie immense, un moral au beau fixe, et une condition physique exceptionnelle au regard de leur traitement comme le confirme le pédiatre-oncologue et président de Sourire à la Vie, Jean-Claude Gentet présent pendant l'expédition : « Sur le plan médical, cette expédition est un succès total, favorisé par une sélection rigoureuse et une préparation adaptée. Pour les enfants en cours de traitement, la confrontation exceptionnelle aux éléments naturels renforce leur capacité d'adaptation aux contraintes de la maladie et du traitement. Pour ceux qui ont terminé, c'est une occasion idéale de redécouvrir leurs capacités physiques et mentales. Aucun incident n'est survenu, y compris chez les enfants lourdement traités. Ce type d'expérience est de nature à favoriser l'évolution des habitudes médicales et promouvoir les activités physiques adaptées chez les enfants atteints de cancer. »

« Perdue en pleine nature, je n’avais pas peur, je me sentais en sécurité. Je me sentais tellement  bien, j’étais heureuse. » Selma.

Clothilde Vallet : « Cette expédition au Canada a eu de réels bénéfices pour les jeunes. J’ai pu constater une évolution spectaculaire des capacités physiques de chacun. Par exemple, Merwan, footballeur de haut niveau avant de tomber malade, présentait une fonte musculaire importante, en février ses tests physiques étaient au plus bas. Il avait perdu toute confiance en lui et en ses capacités physiques. L’expédition l’a transformé, j’ai constaté une nette amélioration de ses performances. Il a même repris le goût du sport et a témoigné de son intention de reprendre l’activité physique très vite. »

Pour Frédéric Sotteau, à l’initiative de ce projet, cette aventure est une réussite. «  C’est une réussite pour le bénéfice que cela a apporté à chaque enfant. Leur proposer un projet pareil, c’est un levier extraordinaire pour les faire progresser considérablement sur le plan physique et moral. Aucune entorse, aucun problème médical n’a été relevé. Ils rentrent plus forts, et ont fait l’expérience de la solidarité. Ils se sont prouvés qu’ils étaient capables de vivre dans ces conditions, et leur estime de soi retrouve un nouveau souffle.  En pleine nature, loin de toute modernité, ils ont aussi appris que sans confort,  ils pouvaient être heureux. » 

Rappelons que cette belle expédition a été possible grâce au soutien de nos partenaires importants AG2R LA MONDIALE  - RAPHAEL MICHEL

Merci à notre partenaire canadien principal, le Loft hôtel pour l’accueil des enfants pendant 3 nuits.

 

 

 

 

, , , , ,