Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

"Passeports contre l’enfer"

Dans la continuité de son programme « Passeports contre l’enfer », Planète Enfants lance début 2013 un projet spécifique de protection des enfants migrants contre l’exploitation. Ses objectifs sont de travailler avec les familles et avec les enfants directement pour éviter les migrations de jeunes enfants sans protection et pour aider les adolescents à migrer dans de bonnes conditions.


Les népalais, hommes, femmes, enfants émigrent de façon massive vers l’étranger pour pouvoir gagner leur vie ou aider leur famille restée aux pays à subsister : environ 10% de la population travaille à l’étranger ! Des études précises ont été menées qui montrent que 13% environ des enfants émigrent seul et que 49% sont accompagnés par un agent, censé les accompagné dans leur recherche d’emploi.

Tous ces jeunes, qui n’émigrent pas avec une personne de confiance sont en fait extrêmement vulnérables à l’exploitation et aux violences une fois qu’ils ont quitté le Népal : la plupart d’entre eux ne savent pas en effet comment bien préparer leur départ, trouver un emploi sûr ou encore à qui s’adresser en cas de problèmes. De plus, ils n’ont la plupart du temps aucun papier permettant de les identifier. Enfin, beaucoup de familles ne réalisent pas à quel point l’eldorado rêvé peut s’avérer dangereux…

Le projet a donc pour but d’informer et de sensibiliser les familles aux risques liés à la migration pour que les précautions nécessaires soient prises pour les adolescents et que les enfants jeunes ne migrent pas seul. Il vise aussi à améliorer les processus de préparation existant pour qu’ils soient adaptés aux mineurs. Enfin il prévoit une vaste campagne d’état civil pour procurer des papiers à 17 000 enfants.

Il s’inscrit dans le programme « passeports contre l’enfer » et prévoit donc aussi le soutien aux familles les plus vulnérables via des Activités génératrices de revenu, le conseil au sein de deux centres de ressources sur l’émigration et l’animation d’un réseau de 300 volontaires pour relayer les actions dans les villages.

 

, , , , , , , ,