Lecture à l’hôpital, quand la littérature vient à la rencontre des patients

Lecture à l’hôpital, quand la littérature vient à la rencontre des patients
Plus qu’ailleurs sans doute, à l’hôpital, la lecture est une action essentielle. Le mouvement des pages et l’envolée des mots se confrontent à l’immobilité de l’hospitalisation. En collaboration avec Tournesol, Artistes à l’hôpital, Thomas Cousseau propose régulièrement des interventions dans des services hospitaliers auprès de groupes de patients ou directement à leur chevet.

Etudiant aux cours Florent dès 1988, Thomas Cousseau entre en 1990 au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, où il suit une formation de trois ans. S’il travaille pour le cinéma et la télévision, c’est au théâtre qu’il mène la plus grande partie de sa carrière. Depuis 1998, Thomas Cousseau vient partager régulièrement des moments de lecture avec les patients: nouvelles de Guy de Maupassant aux contes d’Andersen, en passant par les récits d’Amadou Hampâté Bâ, Tchekhov ou encore Tolstoi... l’isolement, la douleur et les angoisses s’atténuent à mesure que s’effeuillent les pages du livre.

Les après-midi de lecture sont toujours l’occasion de belles rencontres et d’échanges entre Thomas et les patients. Comme par exemple en ce 5 avril, en service de gériatrie. Thomas est très attendu par certaines personnes âgées, c’est un véritable RDV. Il provoque quelques rires en prononçant le titre de la nouvelle d’Amadou Hampâté Bâ « Le Roi qui voulait tuer tous les vieux ». « Oh bah on est mal barrés, c’est nous les vieux ! » s’exclame en riant une vieille dame. Deux personnes s’assoupissent dès le début des lectures, mais le reste du public reste attentif. Une dame est vraiment concentrée, elle s’agrippe à son siège quand les situations se compliquent et étouffe un « oh ! » de surprise.

Toujours dans un ton juste, Thomas s’attaque à « La parure » de Maupassant. Une petite dame, d’aspect fragile et renfermé, est captivée par le récit. Elle boit littéralement les paroles. A la fin de la lecture, Thomas parle de Maupassant, de son style d’écriture… Il demande au public s’il connait les téléfilms sur les œuvres de Maupassant. « Ah oui oui, je les ai tous vus ! » dit un homme et sa voisine.

La fin de l’échange est marqué par un « ça fait du bien de vous entendre, et de parler avec vous. Cela m’a fait penser à plein de choses. Merci. », confirmant toute l’importante qu’ont les mots entre les murs de l’hôpital..
, , , , , , , ,