[RADIO] Le mécénat de la fondation FDJ dans À but non lucratif sur BFM Business

[RADIO] Le mécénat de la fondation FDJ dans À but non lucratif sur BFM Business
Didier Meillerand a reçu trois acteurs œuvrant pour l’insertion et la solidarité par le sport. Charles Lantieri, directeur général délégué de la Française des Jeux et président de sa fondation d’entreprise, Jonathan Jérémiasz, fondateur de l’association Comme les autres et co-gérant du groupe ONG Conseil, Sarah Yousra Essatti, bénéficiaire de l'association, et Jean-Jacques Mulot, président de la fédération française d’aviron. Cette émission de rentrée inaugure également des nouvelles chroniques : cette semaine l'actualité du non-profit par Carenews et la rubrique digitale #abnl par Nicolas Violette.


Le sport comme moyen de se dépasser, de casser les frontières sociales ou encore de changer le regard sur le handicap. Les participants de cette émission, mécène, associations porteuses de projet ou bénéficiaire, témoignent tous de leur engagement et de leur expérience personnelle au service de cet objectif : redonner/reprendre confiance par la pratique du sport.

Sarah Yousra avait 14 ans lorsqu’elle a eu un accident de plongeon : tétraplégique et depuis en fauteuil roulant électrique (elle ne peut pas se servir de ses mains ni de ses jambes) elle est aujourd’hui étudiante et souhaite devenir journaliste. Grâce à l’association Comme les autres, qu’elle a contactée lors d’un moment de déprime, elle a fait du ski, une expérience qu’elle n’avait jamais faite avant son accident et qui lui a permis de se sentir « comme avant ». Cette aventure lui a permis de se vivre différemment et contribue à lui donner confiance en elle. S’il ne lui semble pas évident que ce genre de projets peut aider à changer le regard des autres sur le handicap, Jonathan Jérémiasz, fondateur de Comme les Autres, confirme que cela aide. Cependant l'un des premiers objectifs de l’association est de redonner confiance, de booster les personnes en situation de handicap : si on se sait jamais quel rôle a joué l’association, quand une personne handicapée qui a sauté à l’élastique la veille d’un entretien d’embauche, décroche le job, Jonathan pense que cela y contribue…

L’association Comme les autres, dont le budget s’élevait en 2015 à 300 000 euros, est financée à 80% par le privé, dont la fondation FDJ. Elle organise des séjours sportifs et accompagne les bénéficiaires sur une durée moyenne de 6  à 9 mois vers l’insertion professionnelle. La fondation d’entreprise FDJ est engagée dans un soutien pluriannuel de 3 ans, et le partenariat va au-delà de l’aide financière puisque les collaborateurs de la Française des Jeux participent aux actions de l’association, ce qui contribue là encore à modifier le regard des « valides » sur les personnes handicapées.

Cet engagement des collaborateurs, Charles Lantieri en parle comme d’une fierté, pour lui comme pour ceux qui participent par exemple à la journée solidaire Mets tes baskets organisée par l’association ELA. Directeur délégué de la FDJ et président de la fondation, il rappelle que la Française des Jeux fût créée en 1933 par les « gueules cassées » de la guerre 14-18 et que les valeurs de solidarité sont ancrées dans l’entreprise. Le mécénat de la fondation soutient aussi bien des associations comme Bout de Vie, Tous en forme ou Comme les autres que l’équipage handivalide du Tour de France à la voile ou encore des sportifs de haut niveau en leur accordant des bourses – qui parfois sont reversées à des associations, c’est ainsi d’ailleurs que le lien s’est fait entre l’association Comme les autres et la fondation FDJ – que le Secours Populaire pendant le Tour de France pour emmener 1 000 enfants chaque année sur le Tour de France.

Avec un budget de 3,6 millions d’euros par an consacrés au budget de la fondation d’entreprise (auquel il faut ajouter d’autres actions de mécénat menées en propre au sein de l’entreprise), la FDJ est engagée significativement, ce qui lui permet aussi de soutenir la fédération française d'aviron dont le budget de 7 millions d'euros est financé à moitié par des subventions publiques, pour 20% des cotisations et 30% du mécénat. La fédération propose des programmes directement ou indirectement lié au développement et à la facilitation de la pratique sportive des personnes en situation de handicap, et ce d'autant plus que dans ce sport "porté" les handisportifs sont souvent parmi les mieux classés...

(Retrouvez l'émission en podcast sur le site de l'émission À But Non Lucratif, ainsi que la chronique "Actualités du non-profit" de Sophie Barniaud et la chronique digitale "#ABNL" de Nicolas Violette - et notamment la formidable invention du ballon connecté qui se recharge quand on joue avec, et qui permet ensuite de fournir de l'électricité).

 

L'émission À but non lucratif est diffusée sur la radio BFM Business le dimanche à 14h. Vous pouvez retrouver le podcast des émissions sur la page À but non lucratif ainsi que sur son fil twitter @abutnonlucratif. Animée par Didier Meillerand, À but non lucratif propose aux auditeurs la mise en lumière d’une initiative positive, solidaire, caritative ou humanitaire financée par une entreprise et accordée à ses valeurs humaines ou de responsabilité sociale, portée par une association, dans le champ économique du Non Profit Business.

, , , ,
L'Auteur vous propose aussi