Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Le bénévolat à la Fondation de la 2ème Chance

Le bénévolat à la Fondation de la 2ème Chance
Notre réseau de 60 sites-relais nous permet d’aider des lauréats partout en France. Le Délégué de site s’entoure d’une équipe de bénévoles et assure la représentation de la Fondation auprès de l’ensemble des structures sociales locales. Alain Mouy, Délégué du site-relais du Mans, parle de son engagement.


Depuis très longtemps, j’avais envie de consacrer de mon temps aux populations africaines en difficultés. Ainsi au lendemain de ma retraite, je cherchais une organisation de solidarité ayant besoin de compétences en agriculture (j’étais Cadre d’une Coopérative Agricole).  Je m’engageais à AGIR puisqu’il existait un département international. Et c’est cette association qui m’a permis de connaître la Fondation de la 2ème Chance. Très rapidement je représentais AGIR aux comités d’écoute et après de nombreux suivis de parrainage, la fonction de délégué de site m’a été proposée en 2009.

En 2007, j’avais rejoint une autre ONG spécialisée dans le conseil et la formation de techniciens agricoles et d’agriculteurs au Burkina-Faso.

Ainsi mes engagements à la Fondation et en Afrique me permettent de mener conjointement des actions de solidarité dans notre pays et au Burkina pour aider des populations en situation de précarité. Ces engagements m’apportent beaucoup de satisfactions, un équilibre et une ouverture d’esprit sur le monde.

Engagé dans ma commune il y a quelques années, je côtoyais des personnes en difficultés, mais la Fondation m’a projeté dans un monde que je ne connaissais pas. Et là j’ai pris conscience de notre environnement. Les cas critiques que je rencontre m’entraînent, ainsi que l’équipe, dans une écoute plus approfondie et dans une position d’aide de plus en plus importante.

Étant abrités à « Initiative 72 » la majorité de nos bénévoles proviennent d’AGIR, d’ECTI et Médéric.

Avec Gérard Durier, adjoint de la délégation Sarthe, nous nous répartissons les tâches.

Je m’occupe plus particulièrement des relations extérieures, contacts avec l’AGEFIPH, Pôle Emploi, les organismes de réinsertion, la Mission Locale, les assistantes sociales et les CCAS ; j’essaie de maintenir le contact, ce qui n’est pas toujours facile en raison du turnover des salariés.

Gérard s’occupe des parrainages et de leurs suivis. Ces fonctions ne nous empêchent pas de prendre des parrainages. Remplir une demande d’aide à la Fondation n’est pas facile pour le demandeur, car écrire son passé ou son présent provoque parfois une profonde douleur.

Nous avons aujourd’hui deux personnes qui peuvent aider les porteurs de projets dans la réalisation de leur dossier et les soutenir dans l’écriture de leurs vies.

Lorsque nous connaissons la personne qui est la mieux adaptée à réaliser le parrainage, nous l’invitons au comité d’écoute.

Depuis quelques semaines un entretien avec « La cravate Solidaire » permet à certains bénéficiaires d’être préparés à un entretien d’embauche et de bien se présenter physiquement (dons de vêtements etc…).

Des relations étroites sont entretenues avec le siège, qui nous permettent de mener à bien les dossiers proposés.

 

Alain MOUY

, , , , , ,