Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Aide-soignante : un métier parfait pour moi ?

Aide-soignante : un métier parfait pour moi ?
Clara, 31 ans, a été lauréate de la Fondation en 2014 pour son projet de formation au Diplôme d'État d'Aide-Soignante, accompagnée par le site-relais d’Ajaccio.


« Originaire de Madagascar et séparée du père de mes deux enfants, mon arrivée en France n’a pas été simple. Sans ressources ni qualification, mon intégration devrait forcement passer par une formation qualifiante.

Membre d’associations de prévention contre les IST/SIDA dans mon pays d’origine, l’idée de travailler un jour dans un domaine pouvant me permettre de venir en aide à une personne malade ou en souffrance m’a toujours intéressée.

Aide-soignante : un métier parfait pour moi me suis-je dis ? La réalité de la vie et le prix élevé d’une formation d’aide-soignante était un frein à mes ambitions.

Lors d’un entretien avec ma référente RSA, Madame Elisabeth Luciani, lui relatant mon objectif, j’ai grâce à elle découvert la possibilité d’obtenir des aides financières et cela en soumettant ma candidature à la Fondation de la 2ème Chance. J’ai dû alors montrer ma détermination et boucler mon dossier avec ma référente RSA qui se proposa d’être pour l’occasion, ma marraine.

Ma candidature retenue et devenue lauréate de la Fondation de la 2ème Chance, j’ai obtenu l’aide considérable et pour moi indispensable pour pouvoir intégrer mon école .Ma situation  à cette époque était très compliquée et l’aide financière de la Fondation de la 2ème Chance m’a donné encore plus de courage et de la force dans ma réussite professionnelle.

Madame Luciani a toujours été à mon écoute et d’une aide précieuse dans l’élaboration de mon dossier. Je dois la remercier grandement de m’avoir informée de l’existence de la Fondation de la 2ème Chance.
Aujourd’hui diplômée et dès l’obtention de mon diplôme, j’ai tenu à l’en informer aussitôt.

Cela n’a pas été un parcours facile. Mère de deux enfants et sans soutien familial, gérer le quotidien de mère avec la rigueur qu’impose la formation d’aide-soignante était assez périlleux.

Déterminée et persévérante, je devais réussir pour l’avenir de mes enfants et pour honorer  ceux qui ont cru en moi.

Module après module, rien n’a été facile mais j’ai franchi les étapes et obstacles les uns après les autres sans jamais faiblir, car même dans l’échec  il fallait redoubler l’effort pour vaincre. À présent mon diplôme en poche, j’ai trouvé un travail et je peux subvenir à mes besoins et ceux de mes enfants.

L’intégration passe bel et bien par l’obtention d’un diplôme qualifiant. La fondation de la 2ème Chance m’a permis d’être aujourd’hui heureuse  et enfin sortir de la précarité.

Le soutien financier  offert et l’accompagnement de la Fondation et de ma marraine Madame Luciani ont été la clef de ma réussite .Je suis une lauréate pleinement satisfaite et ne manquerai pas de parler du bien de la Fondation de la 2ème Chance.

Mon travail et mon emploi du temps ne me permettront malheureusement pas de parrainer un futur lauréat. Marraine est une fonction tellement importante pour un lauréat qu’il vaut mieux, par honnêteté,  décliner plutôt que ne pouvoir être à 100% disponible pour sa réussite.

En conclusion, je ne peux que dire merci à vous, merci de m’avoir offert une vie meilleure en pouvant vivre de mon métier pleinement !

, , ,