Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[EAU] 1001 fontaines : de l’eau potable pour tous

[EAU] 1001 fontaines : de l’eau potable pour tous
Aujourd’hui, 2 à 3 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable dans le monde. L’ONG 1001 Fontaines a fait ce constat il y a plus de 10 ans et lutte aujourd’hui pour favoriser l’accès à l’eau potable dans les pays les plus pauvres. À travers ses actions, elle sensibilise aussi la société à ce problème.


 

Un système qui pourra assurer l’autonomie et la pérennité de l’action 1001 fontaines

 

1001 fontaines distribue de l’eau potable principalement au Cambodge, à Madagascar et en Inde. Afin de ne pas installer des dispositifs complexes qui ne pourront pas être utilisés par la population locale, l’association a développé un système qui assure la pérennité de l’action. L’ONG implante des usines d’eau potable dans les villages puis les confie à des entrepreneurs locaux qui sont formés avant par des équipes de techniciens mis à disposition par l’association. Une fois que les entrepreneurs sont formés, ils peuvent non seulement employer une ou deux personnes pour les aider, mais aussi gagner leur vie en distribuant de l’eau aux habitants du village.

 

En effet, l’eau n’est pas distribuée gratuitement. Elle coûte en moyenne 0,1 centime par litre. Elle reste donc abordable, et permet de couvrir les salaires des entrepreneurs et de leurs employés. 20 % de ces revenus sont reversés à 1001 fontaines, qui pourra réinvestir cet argent dans leurs actions. Grâce à ce système, l’association crée de l’emploi, favorise l’accès à l’eau potable pour les plus démunis, s’assure de la pérennité de leurs installations et finit par s’auto financer.

 

Des actions qui attirent l’attention des entreprises

 

Afin d’être le plus efficace possible, l’ONG a frappé aux portes des grandes entreprises pour bénéficier de mécénat de compétence. Au vu du projet, ces entreprises ont répondu à l’appel. Ainsi, 1001 fontaines a appris à traiter l’eau avec Véolia. Elle a aussi profité du mécénat de compétences de Danone. Virginie de Maupeou, responsable des partenariats de l’association a expliqué que 1001 fontaines avait percé le bas de la pyramide. En effet, la plupart du temps, la distribution des biens mis à disposition par les associations vont aux plus riches. Or, grâce à leur système, l’eau peut bénéficier à tous.

 

C’est aussi ce qui explique, selon elle, l’attention qui leur est portée au niveau international. En plus d’avoir remporté en 2015 le prix du public Google France, l’association s’est vu décerner le prix DIV de l’Agence américaine de Développement en 2016.

 

Mesurer l’importance de l’action 1001 fontaines

 

Selon Julien Ancele, directeur général délégué de l’association depuis près de deux ans, 2 à 3 milliards de personnes n’ont pas accès à l’hôpital. Au Cambodge, un enfant sur cinq meurt avant l’âge de 5 ans, et près de 10 000 personnes par jour décèdent à cause de la consommation d’eau sale. Il explique, qu’en permettant aux populations d’avoir accès à l’eau potable, on peut arranger les choses. « Pasteur disait que l’on buvait 80 % de nos maladies », affirme-t-il. Des maladies qui affectent aussi grandement les enfants et leur éducation. Grâce à la générosité de leurs partenaires et des particuliers, l’ONG fournit les écoles en eau gratuitement. Depuis que les enfants ont accès à de l’eau saine à l’école, l’association a observé une baisse du taux d’absentéisme de 75 %.

 

 Aujourd’hui, l’eau de 1001 fontaines bénéficie à 400 000 personnes. Depuis 2004, l’association a formé 150 entrepreneurs locaux et par conséquent créé 500 emplois dans trois pays.

 

1001 fontaines tente aussi de sensibiliser le grand public à ce problème de société. Plus de personnes sont concernées que ce que l’on pourrait penser. Dans les zones urbaines, l’eau mise à disposition n’est pas toujours potable mais dite « améliorée », comme l’a souligné la responsable de partenariats, Virginie de Maupeou. Or, même si elle est améliorée, elle n’est pas forcément saine…

, , , , , , , ,