Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[À LA TÉLÉ] À but non lucratif reçoit la fondation SNCF

[À LA TÉLÉ] À but non lucratif reçoit la fondation SNCF
Comme toutes les semaines, Didier Meillerand a présenté son émission hebdomadaire, À but non lucratif. Ce 26 mars, il a invité sur son plateau Mathias Vicherat, directeur général adjoint de la SNCF, Alain Bentolila, linguiste et créateur de la machine à lire. La directrice de l’Espace Val Soleil, Emilie Lucas et Fabienne Grolière, responsable mécénat des Beaux Arts de Paris étaient également conviés. Au cœur du débat, la lutte contre l’illettrisme et le mécénat de la Fondation SNCF.


La Fondation SNCF et ses trois leviers d’action

 

La Fondation SNCF a pour credo « Pour mieux vivre ensemble ». Mathias Vicherat, le directeur adjoint de la société a souligné le fait que la SNCF, ce n’est pas seulement des trains, c’est aussi une action constante sur le territoire. Cette idée se traduit par le travail de la fondation et ses trois leviers d’action. Le premier est la culture, le second la solidarité et enfin, tout ce qui peut toucher à l’éducation et notamment, l’illettrisme.

 

La SNCF compte 1 500 salariés engagés dans les projets de la fondation, parmi lesquels 300 sont eux-mêmes porteurs de projets. Le chiffre d’affaires de la société est de 31,4 milliards d’euros, avec 260 000 collaborateurs et une présence dans 120 pays. Sa fondation dispose aujourd’hui d’un budget de 25 millions d’euros pour les cinq prochaines années, qu’elle utilisera pour financer les projets d’innovation les plus pertinents au vu de leur impact sur le territoire.

 

Pour les sélectionner, la fondation a un référent dans chaque département qui fait remonter les projets les plus favorables au territoire. En tout, ce sont environ 1 000 projets qui bénéficient de subventions et de mécénat de compétences de la part de la fondation SNCF. Le 25 janvier 2017, la fondation s’est vu remettre de prix Un projet Un mécène par la ministre de la Culture pour son travail.

 

Les Beaux-Arts de Paris, l’Espace Val Soleil et Alain Bentolila

 

Dans le cadre de son engagement pour la culture, la Fondation SNCF a choisi d’accompagner la prestigieuse école des Beaux-Arts de Paris dans l’ouverture d’une nouvelle formation. En effet, l’école a ouvert cette année une classe préparatoire publique et gratuite de 25 élèves. Pour ce faire, l’école dispose d'un budget de 600 000 euros pour les trois ans à venir, dont 100 000 donnés par la fondation. S’ajoute à cela un mécénat de compétences puisque cinq salariés travaillent gracieusement au niveau des ressources humaines pour aider les Beaux-Arts de Paris dans ce projet.

 

Vient ensuite l’un des plus grands combats de la Fondation SNCF : l’illettrisme. En France, près de 2,5 millions de personnes sont illettrées. Comme l’a pointé du doigt Alain Bentolila, c’est une situation qui ne peut perdurer, car un citoyen illettré est un citoyen vulnérable. Mathias Vicherat a d’ailleurs rappelé que si l’on ajoutait à ce nombre les « peu lisant », c’est à dire les jeunes et les plus vieux qui ne lisent plus ou très peu, alors ce problème concerne près de la moitié de la population.

 

 La fondation mène le combat en soutenant des associations comme l’Espace Val Soleil. Cette structure est principalement dédiée aux enfants. Il s’agit d’une base de loisirs qui propose aussi d’initier les enfants au plaisir de lire grâce à la machine à lire inventée par le linguiste Alain Bentolila. La machine a écrire est un programme sur tablette qui alterne la lecture et l’écoute d’une histoire pour pousser l’enfant à poursuivre sa lecture dans la durée.

 

L’actualité du mécénat avec Sophie Barniaud

 

Sophie Barniaud, fondatrice de Carenews a fait part de l’actualité du mécénat au cours de l’émission. Elle a commencé par parler de la Nuit de l’Eau, une initiative prise en 2008 par la Fédération Française de Natation et l’UNICEF France. Cette année, l’événement a eu lieu le 18 mars 2017 plus de 190 clubs de natation ont ouvert leurs portes. Les fonds récoltés au cours de cet événement soit 200 000 euros environ, seront utilisés pour accompagner dans l’accès à l’eau les enfants en Haïti. Parrainé par la Miss France Laury Thilleman, la Nuit de l’Eau compte de nombreux partenaires tels que RLC, EDF, Gulli…

 

Le premier baromètre de la mesure d’impact social a vu le jour cette année, et a été réalisé par le cabinet d’audit et de conseil KPMG. La société impliquée dans le milieu de l’intérêt général souhaite que cette démarche d’évaluation aide à faire bouger les lignes. Le baromètre permet aussi de mesurer l’efficacité et l’efficience des projets menés par les associations, ce qui pourrait mener à un intérêt plus vif de la part des financeurs.

 

Enfin, le Prix Solidarité de la Fondation Veolia est lancé. Tous les ans, la Fondation Veolia lance un appel à projets qui aboutit sur la remise du Prix Solidarité. 15 000 euros sont ensuite attribués à quatre ou cinq projets. Pour cette édition, les candidatures sont ouvertes jusqu’au 30 avril 2017.

, , , , ,