La chapelle Sixtine en photographie dans les bibliothèques du monde

La chapelle Sixtine en photographie dans les bibliothèques du monde
Sony finance, au cœur de la Papauté, dans la chapelle Sixtine du Vatican, trois livres composés de clichés des fresques légendaires. Ils seront mis en vente pour le prix de 12 000 euros, exceptionnel comme ce qu’ils renferment. Ces pages de photographies peuvent se déplier sur 1m20, ajoutant à la majesté des dessins la grandeur physique de l’objet.


Un projet de longue haleine et de haute volée

La dernière campagne photographique d’ampleur remonte à vingt ans auparavant. Avec les avancées technologiques de ces dernières années, un rendu de grande qualité est devenu possible, sachant transcrire notamment les couleurs (276 au total) et la finesse du pinceau des peintres (Michel-Ange, Botticelli, Pérugin). Ces photographies expertes ont été menées par ordinateur et grâces à des lampes LED capables de reproduire la lumière diurne. La Renaissance bénéficie d’une remasterisation signée par les dernières technologies contemporaines. Par ailleurs, le grand projet s’est déroulé sur cinq ans, notifie Gianni Grandi, responsable du graphisme, le 24 février en présentant les ouvrages de la chapelle. 

Une parade face à l’interdiction de photographier

Bien que ces livres soient imprimés dans un nombre restreint et excessivement chers, il s’agit ici d’extérioriser l’œuvre en partie de Michel-Ange, de le faire sortir de la sacro-sainte chapelle. 1 999 exemplaires de ces trois ouvrages sont destinés à décorer les bibliothèques du monde entier. Cela permet de faire sortir ces œuvres du contexte du musée et de pouvoir les photographier sans que cela soit illégal ou dangereux pour leur conservation.

, , , , , ,