Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Soignés en prison ? Baptiste Beaulieu à la prison de Châlons-en-Champagne

Soignés en prison ? Baptiste Beaulieu à la prison de Châlons-en-Champagne
Lire pour en Sortir continue son tour de France des rencontres auteurs en prison. Le 27 mars, Baptiste Beaulieu est venu à la rencontre des personnes détenues de la maison d’arrêt de Châlons-en-Champagne. Une rencontre sous le signe de la médecine.


En parallèle de l’écriture Baptiste Beaulieu est médecin généraliste. Dans son cabinet ou aux urgences, il accompagne ses patients et en ressort des histoires drôles, tristes, ordinaires ou étonnantes qu’il confie sur son blog Alors Voilà puis dans ses romans.

 

Forcément, lorsqu’il se rend à la maison d’arrêt ce n’est pas son livre qui intrigue mais bien son autre casquette. Il raconte des anecdotes, partage ses questionnements, explique des avancées de la médecine. Les participants l’écoutent avec attention et l’interrogent sur ce métier qui impressionne.

 

Rapidement, la conversation s’inverse et c’est l’auteur, le médecin qui pose les questions. Quel âge avez-vous ? Avez-vous des enfants ? Vous avez des photos d’eux ? Avez-vous des gens à qui parler autour de vous ? Des questions intimes auxquelles les 8 hommes présents répondent sans gêne. En quelques minutes, l’auteur de « Alors vous ne serez plus jamais triste » créé un espace de confiance et ouvre la voie aux confidences.

 

A la fin de la séance, Martin*, un jeune homme réservé qui explique que lui n’a jamais eu personne à qui parler, propose à Baptiste de lui donner un de ses dessins pour le remercier de cet échange. Le choix de l’auteur se porte sur la représentation de trois hommes en costume militaire en train de discuter. Un geste symbolique et un dessin fort de sens.

 

Rencontrer un auteur est toujours un moment marquant pour les personnes détenues. « On n’a pas l’habitude de rencontrer des auteurs » nous explique Thomas*, « le fait qu’il se soit déplacé jusqu’à nous ça nous touche et c’est important pour nous ». Ces échanges sont aussi bouleversants pour les auteurs à l’image de Baptiste Beaulieu qui a les larmes aux yeux lorsque Martin lui signe son dessin et se dit étonné de la bienveillance des participants à son égard.

 

*Les prénoms ont été modifiés.