[FUSAC] 30 millions de dollars pour Change.org

[FUSAC] 30 millions de dollars pour Change.org
La plateforme de pétition Change.org, fondée en 2007 et regroupant aujourd’hui plus de 180 millions d’utilisateurs, obtient l’investissement de 30 millions de dollars de la part de Reid Hoffman (LinkedIn), Bill Gates (Microsoft) et Sam Altman (Y Combinator), trois géants du web et des nouvelles technologies.


Financer le changement

Certifiée B Corporation aux États-Unis, Change.org se présente comme une entreprise sociale, soumise « à des normes élevées de performances sociales et environnementales, de responsabilité et de transparence. » En d’autres termes, si la plateforme offre un support aux ONG, associations, citoyens pour s’exprimer et faire valoir des causes d’intérêt général, elle n’en demeure pas moins soumise à des exigences de financement pour assurer sa viabilité. 4 moyens sont dès lors mobilisés : dons des particuliers, pétitions parrainées, campagnes sponsorisées et investissements. 

 

Philanthropie et Sillicon Valley

30 millions de dollars, c’est la somme levée par les fondateurs de Change.org auprès de Reid Hoffman, Bill Gates et Sam Altman. Le chiffre retient l’attention et interroge : pourquoi un tel engouement ? D’autant plus qu’on connaît les difficultés de la plateforme, qui s’est séparée de 30 % de ses collaborateurs en septembre dernier, faute de ressources. Arnaud Dassier, consultant dans le secteur d’Internet, interrogé par Atlantico, revient sur la figure de ces nouveaux investisseurs philanthropes de la Sillicon Valley : « L’archétype de cet investisseur, c'est le fondateur d’eBay, Pierre Omidyar, qui investit beaucoup d’argent pour la promotion de la démocratie dans le monde. Ces entreprises (les sites de pétitions) fonctionnent avant tout grâce aux dons de ces personnalités qui croient dans l’utopie de la démocratie liquide portée par Internet. » Un profil à mi-chemin entre l’intérêt financier et l’engagement pour des projets d’avenir, qui se confirme à travers les propos de Reid Hoffman : « Change.org est une force démocratique cruciale (…) elle contribue à permettre un monde où il n’est plus nécessaire d’embaucher un lobbyiste pour avoir un réal impact sur les enjeux et les décisions politiques. » 

 

Les nouveaux outils de la démocratie

Hybride économique mais aussi hybride politique, Change.org incarne ces nouveaux outils qui veulent rénover la démocratie. Bénéficiant de la vision d’une organisation à but non lucratif et de la capacité d’innovation d’une start-up technologique, les fondateurs de la plateforme s’imaginent déjà en acteurs « d’une nouvelle forme de démocratie plus participative », capables de « réaliser le potentiel qu’il y a dans la technologie pour l’engagement civique » selon la déclaration de Ben Rattray, CEO de l’entreprise. Toutefois, si le projet est ambitieux et la perspective d’un modèle politique plus proche des citoyens séduisante, il n’en demeure pas moins que les prochaines années devront contribuer à éclaircir les frontières entre purs enjeux économiques et engagement pour le collectif. 

, , , , ,