[LU] Philippe Jahshan défend un pacte pour l’intérêt général

[LU] Philippe Jahshan défend un pacte pour l’intérêt général
Président du Mouvemement associatif qui réunit près d’une association sur deux en France, Philippe Jahshan publie une tribune dans la Croix pour défendre un pacte pour l’intérêt général. Il plaide pour une véritable collaboration entre État et secteur associatif afin de lutter contre les inégalités croissantes et le malaise social.




Du malaise social à la justice sociale

Philippe Jahshan fait état de la situation préoccupante observée en France ces dernières années. Le CESE (Conseil économique, social et environnemental) comme l’Observatoire des inégalités présentent des rapports, pointant les écarts qui ne cessent de se creuser entre les plus riches et les plus pauvres. Le lien social en subit les conséquences et s’étiole progressivement : « Ces inégalités isolent des territoires entiers, et les citoyens les uns des autres. C’est un poison qui s’infiltre toujours plus au cœur de ce qui fonde la cohésion du pays et approfondit les fractures. » En cette période d’élections, le malaise s’est aussi traduit politiquement. L’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée est, pour le Président du Mouvement associatif, signe d’une recomposition marginalisant les appareils traditionnels. Les conclusions qu’il en tire sont claires : « Nous sommes à l’évidence devant des choix de société majeurs et au cœur de nombreuses transitions qu’il est désormais urgent de maîtriser avec le souci d’assurer qu’efficacité économique signifie aussi performance écologique et justice sociale. » Des défis majeurs donc pour l’avenir du pays, qui ne pourront être relevés qu’au moyen d’une collaboration entre État et secteur associatif. 

 

Les associations : terreau d’innovation et de solutions

Le tissu associatif est très dense en France : 1,3 million d’association et près de 13 millions de bénévoles ainsi que 1,8 million de salariés. Des chiffres qui témoignent de la vitalité du secteur et qui en font un lieu clé de l’engagement citoyen. Il agit aussi comme un véritable interface de proximité et apporte des solutions concrètes chaque jour à des milliers de personnes sujettes à des difficultés multiples (santé, éducation, emploi…). L’Observatoire des inégalités commente à ce sujet « dans de nombreuses communes, départements ou régions, des actions de lutte contre les inégalités sociales, de démocratisation de l’accès aux services publics sont engagées, souvent avec l’appui d’association. » Philippe Jahshan s’attache alors à rappeler avec conviction : « les associations prennent des risques, innovent et sont un lieu d’expérimentation sociale ou écologique. Elles inventent les recettes d’une nouvelle cohésion sociale. »

 

Du pacte républicain au pacte pour l’intérêt général 

Au regard des constats qu’il dresse, le Président du Mouvement associatif plaide pour « un pacte pour l’intérêt général ». Il appelle l’État à prendre ses responsabilités et à assumer une politique claire et coordonnée de soutien aux associations afin qu’elles accomplissent pleinement leur rôle et soient reconnues comme un véritable partenaire de l’action publique. Du pacte républicain au pacte pour l’intérêt général, il n’y a donc plus qu’un pas : « Pour tenir une économie juste, il faudra toutes les valeurs de la République, liberté, égalité, fraternité. Et pour tenir la République, il faudra la Nation. Et les associations en France constituent un tissu puissant, souvent discret, parfois fragilisé, mais qui contribue à tenir la Nation ensemble. »

, , ,