Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Des musiciens en herbe à la Philharmonie

Des musiciens en herbe à la Philharmonie
Le dimanche 25 juin, la Philharmonie de Paris accueille un concert inédit. Sur scène : un orchestre de musique classique composé d’enfants issus de quartiers prioritaires partout en France. Parmi eux se trouvent les élèves du Cours Frédéric-Ozanam à Marseille, dont la formation à l’année est soutenue par la Fondation Bouygues Telecom.


Démos : partager les vertus de la musique classique

Créé en 2010 par la Philharmonie de Paris, Démos est l’acronyme de « Dispositif d’Education Musicale et Orchestrale à vocation Sociale ». Dans six régions françaises, le projet propose aux enfants de 7 à 12 ans issus de quartiers prioritaires de s’initier à la pratique de la musique classique en orchestre. Pendant trois ans, quatre heures hebdomadaires d’enseignement musical leur sont dispensées par des musiciens professionnels.

Derrière une méthode d’apprentissage innovante, basée sur le plaisir de jouer et de le partager en groupe, il y a la volonté affichée d’encourager les enfants à prendre confiance en eux. Devenir musicien classique est à cet âge tendre une source précieuse d’estime de soi. C’est aussi un formidable outil pédagogique pour des enfants souvent malmenés par leur contexte familial, scolaire, économique. Car de leur engagement dans ce projet musical ambitieux naissent de nouvelles aptitudes, une meilleure concentration, une plus grande rigueur. Et surtout, l’envie de bien faire pour eux-mêmes.

Quand toute une école marseillaise s’implique

Le Cours Frédéric Ozanam est l’une des quatre structures partenaires de Démos à Marseille. L’établissement accueille du CP au CM2 des élèves issus de familles qui ont choisi de réussir. Pour cette école à taille humaine (moins de 40 élèves), la priorité est de permettre à chaque enfant d’avoir des occasions de se dépasser. C’est là qu’intervient le projet Démos et son grand ensemble classique. « Les 35 enfants de notre école font partie de l’orchestre, explique Christophe Certain, directeur de l’établissement. On accueille des pupitres de cordes et de vents ».

Pour financer la rémunération des professeurs et l’acquisition de nouveaux équipements, le Cours Frédéric-Ozanam, à travers son association Ambition-Cité, a obtenu le soutien de la Fondation Bouygues Telecom grâce au parrainage d’une collaboratrice, Delphine Sotteau-Napolitano : « Etant marseillaise d'origine et faisant moi-même partie d'une chorale, ce projet me tient tout particulièrement à cœur. Je suis convaincue que l'apprentissage des enfants passe par la confiance en soi. La réussite et la fierté qu'ils acquièrent leur permettent de se révéler dans un autre contexte que scolaire ». Christophe Certain observe quotidiennement les bienfaits du projet sur ses élèves. Chacun d’entre eux se redécouvre à travers la pratique de la musique classique et embarque toute sa famille avec lui.  « Certains sont tombés amoureux de leur instrument. L’un de nos élèves a fêté l’anniversaire de sa maman, dont la vie est parfois compliquée, en lui jouant « joyeux anniversaire » en pizzicato avec son archer. Il n’a démarré que cette année ! Le virus de la musique est entré en eux. On sent que c’est une passion. C’est beau à voir ».

En route pour le grand concert

Les élèves du Cours Frédéric-Ozanam se rendent le 25 juin dans la mythique salle de la Philharmonie de Paris, accueillant les plus grands artistes internationaux, pour jouer en orchestre devant leurs familles, leurs amis, une salle comble. « Ca va être une aventure, témoigne Christophe Certain. Pour beaucoup c’est leur première fois à Paris ». Personne ne sort indifférent de cet incroyable rendez-vous scénique. « L’année dernière, en sortant du concert, plusieurs parents pleuraient. C’est une vraie bombe à fragmentation, on ne maîtrise pas tout ce qui se passe après ».

Quant au soutien de la Fondation Bouygues Telecom, il représente « une caution, une marque de confiance ». Le Cours Ozanam et son association Ambition-Cité mettent tout en œuvre pour que les élèves mènent une vie scolaire épanouie et épanouissante. « Le fait que la Fondation Bouygues Telecom nous soutienne, ça crédibilise notre projet. Ça nous rend plus fort pour grandir ». Et pour continuer à ouvrir le cœur et l’esprit des enfants.

 

Crédit photo : Morgane Fouret

, , , ,