Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Lire pour en Sortir à la Ferme de Moyembrie !

Lire pour en Sortir à la Ferme de Moyembrie !
Présente le jour de la visite du Préfet et du Procureur de la République, l’équipe de Lire pour en Sortir s’est rendue le mercredi 26 juillet dernier à la Ferme de Moyembrie, qui permet à des personnes en fin de peine de prison de reprendre contact avec la vie en liberté. L’occasion d’échanger durant une journée avec les résidents et les encadrants sur ce projet de réinsertion par le travail et la vie en collectivité qui porte ses fruits depuis plus de 25 ans.


Accueillie par deux encadrants - parmi lesquels un ancien résident, Patrick* – nous avons visité la Ferme et ses différentes activités : maraichage, élevage, fromagerie, cuisine, bâtiment ou encore mécanique. Le mercredi étant le jour de livraison d’une cent-cinquantaine de paniers AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne) pour la région parisienne, l’équipe maraichage était en plein mouvement.

Après un cours très pointu sur la fabrication du fromage de chèvre par un autre ancien résident devenu lui aussi encadrant et passionné par son travail, nous sommes invités à partager un déjeuner fait maison. Nous comprenons rapidement que le repas est un moment clé dans la vie de la Ferme, qui permet aux résidents de réapprendre à vivre ensemble, à se parler, se respecter et comme le souligne le président de la Ferme : « La réinsertion ce n’est pas de 8h à 17h du lundi au vendredi. Les moments informels sont au moins aussi importants que le reste ».

Les résidents travaillent en moyenne 20h par semaine afin de leur laisser suffisamment de temps libre pour mettre en place leur projets d’avenir. Après avoir effectué les diverses démarches, chacun est libre de vaquer à ses occupations, mais ici l’ambiance est plutôt à la solidarité et au coup de main qu’à la sieste. 

Nous profitons de ce moment pour discuter avec les résidents qui s’accordent une pause entre un coup de balai et une réparation de tracteur. Au détour d’une conversation, Jean nous confie l’émotion qu’il a ressenti en arrivant à la Ferme pour la première fois : « Quand j’ai mis les pieds ici pour la première fois, j’étais en permission. Sentir l’odeur de la campagne m’a procuré une grande joie, c’était un retour aux sources ».

Michel, quant à lui s’est senti changé grâce à ces quelques mois passés à la Ferme : « Avant, je ne me serais jamais arrêté pour discuter comme ça », ajoute-t-il. « Je me suis ouvert, aux hommes, à la société ».

Et son voisin de conclure : « On leur doit un grand merci. Je reviendrai bénévolement trois fois par semaine quand j’aurai fini ici ».

 

 

* Le nom des personnes a été modifié