Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Des fondations à l’avant-garde des mutations d’intérêt général ?

Face à l’effet de ciseau auquel sont confrontés les projets d’intérêt général - accroissement des besoins sociétaux / raréfaction des ressources -, le rôle des fonds et fondations redistributeurs s’accentue, car ils sont très complémentaires aux autres acteurs privés et publics qui soutiennent le secteur d’intérêt général.


Quels sont les enjeux actuels du secteur des fonds et fondations ? Comment ont évolué, ces 5 dernières années, les pratiques de soutien des fondations vis-à-vis de leurs structures bénéficiaires ? Qui sont les partenaires des fondations, et selon quelles modalités ?
Pour éclairer ces questions, Le RAMEAU et le Centre Français des Fonds et Fondations ont souhaité renouvelé l’étude « Enjeux & pratiques des fonds et fondations », réalisée pour la première fois en 2013.

Cette étude a été restituée publiquement le lundi 2 octobre devant une centaine de participants – représentants de fonds et fondations et acteurs du secteur – dans le cadre de la Journée Européenne des Fondations. Miren BENGOA – Déléguée générale de la Fondation CHANEL -, Florence JAVOY – Secrétaire générale de la Fondation groupe RATP – et Frédérique RIMBAUD – Déléguée générale de la Fondation Rte – ont partagé leurs enjeux pour illustrer les principaux enseignements de l’étude.

Les résultats de cette étude confirment le rôle structurant des fondations pour le secteur d’intérêt général, les fondations percevant que leurs enjeux prioritaires sont le renforcement de leur impact sur l’intérêt général, la professionnalisation de leurs pratiques et la mobilisation de forces vives.

En ce sens, les fondations ont diversifié leur contribution à l’intérêt général. Elles ont renforcé leur financement par des pratiques d’accompagnement et d’évaluation. Ces deux sujets étant multiformes aux réalités diverses, cette évolution constitue un challenge pour le secteur qui, s’il a renforcé son rôle de mise en réseau au profit de ses structures bénéficiaires, s’interroge encore sur le soutien en « capacity building » qu’il peut apporter à ses structures bénéficiaires.

Par ailleurs, l’étude démontre l’intensification des alliances dans lesquelles se sont engagées les fondations. Pour 80% des fondations, la réflexion et le dialogue en commun définissent principalement la nature des partenariats noués. Plus encore, une fondation sur deux mène des actions partagées avec des partenaires.

De par la multiplicité de leurs soutien vis-à-vis de leurs structures bénéficiaires, les fondations ont un rôle d’éclaireur à jouer au profit du secteur d’intérêt général. En renforçant davantage leurs pratiques et surtout en coconstruisant, elles peuvent être à l’avant-garde des mutations de l’intérêt général !

Retrouvez le rapport d’étude et la synthèse associée sur le centre de ressources numériques « Fondations d’avenir », et pour (re)vivre les temps forts de la conférence-débat, consultez au plus vite notre storify !

, , , , ,