Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Une fenêtre sur l'avenir grâce à Viens voir mon taf

Une fenêtre sur l'avenir grâce à Viens voir mon taf
L'association Viensvoirmontaf permet aux jeunes de troisième privés de réseau de décrocher les stages dont ils rêvent. Soutenue par la fondation Transdev en 2016, la jeune association s'apprête à passer à la vitesse supérieure.


Près de 6 mois ont passé… Pourtant, Andreia parle toujours avec le même enthousiasme de son stage de troisième. Elle l’a réalisé chez France 5, sur le plateau de « La Quotidienne ». « Je me suis sentie à l’aise tout de suite. L’équipe était très sympa. Ils nous ont tout montré : la régie pour l’image et le son, la rédaction, les plateaux… J’ai toujours voulu travailler à la télé. Je rêvais de devenir journaliste. J’ai découvert que ce n’était pas sans risque. On peut perdre son boulot quand l’émission s’arrête. Aujourd’hui, je pense plutôt au métier de productrice. »

Avec ou sans piston ?

Malgré sa détermination, décrocher un stage à la télé n’était pas gagné pour Andreia. Scolarisée au collège Iqbal Masih de Saint-Denis, en zone d’éducation prioritaire, elle n’a personne, dans son entourage, pour lui fournir le précieux « coup de piston ». Sa candidature spontanée à un célèbre studio de télé-réalité est d’ailleurs restée sans réponse. C’est un de ses professeurs qui lui parle du site Vienvoirmontaf. Un de ses camarades de classe a déjà repéré l’annonce de France 5. Ils postent ensemble leur lettre de motivation : ils seront retenus tous les deux.

Une évidence et… peu de moyens

« Réseau des jeunes sans réseau », l’association Viensvoirmontaf a été créée par trois passionnées, résolues à agir après le choc des attentats parisiens de janvier 2015. Leur conviction ? L’urgence citoyenne commande de conforter notre « vivre-ensemble » et de faire tomber bien des barrières, pour offrir à tous des perspectives motivantes. Le stage de 3e constituant l’un des premiers jalons d’un parcours professionnel épanouissant, il faut ouvrir nos carnets d’adresses à ceux qui n’en ont pas, à commencer par les jeunes des fameuses zones d’éducation prioritaire. Le projet séduit par sa simplicité et son évidence. Télés, radios, journaux et sites s’en font largement l’écho. Avec les « moyens du bord » et une dizaine de bénévoles, Viensvoirmontaf réussit à mettre rapidement en ligne un site Internet et à accompagner, dès l’année scolaire 2015-2016, 100 jeunes des académies de Paris, Créteil et Versailles.

Vers un projet pérenne

Mais la tâche est immense. Pour se pérenniser comme pour se développer, Viensvoirmontaf ne peut reposer durablement sur quelques bonnes volontés. Sollicités, plusieurs mécènes privés, dont la Fondation Trandev, permettent à l’association de franchir un cap, en embauchant en décembre 2016 son premier salarié, choisi pour sa connaissance du terrain. Leur aide permet aussi de faire évoluer le site Internet, fluidifiant la navigation des jeunes volontaires et automatisant une partie des tâches administratives. L’objectif des 300 stages en année 2 est atteint.

98% des professionnels satisfaits

« Nous avons appris en marchant, explique Mélanie Taravant, l’une des 3 fondatrices. Stagiaires et professionnels sont désormais « coachés » par une succession d’e-mails, portant parfois sur des petits détails, pourtant essentiels. Nous demandons par exemple aux jeunes d’aller physiquement faire signer leur convention chez leur employeur quelques jours avant le stage, pour repérer leur parcours. Cela évite les retards le premier jour, du plus mauvais effet… Résultats : 98% de nos professionnels sont satisfaits de l’expérience, et donc prêts à la recommencer. »

« On les voit évoluer »

« J’en suis à une quinzaine de stagiaires, et je n’ai jamais été déçu, s’enthousiasme Christophe Beigneux, rédacteur en chef adjoint de « La Quotidienne ». Ce qui me frappe, c’est leur capacité d’adaptation. Ils comprennent très vite les règles de l’univers qu’ils découvrent. Les plus expansifs se mettent à écouter les consignes, les plus timides à prendre des initiatives. Ils sont souvent « bluffés » par le nombre de métiers qu’on peut faire ici. C’est génial de voir leurs idées évoluer en quelques jours. »

Nouveaux projets

Grâce au renfort d’une nouvelle bénévole, Viensvoirmontaf vient d’ouvrir un bureau à Marseille. Deux services civiques sont aussi en cours de recrutement. Et, dans quelques mois, l’association aura passé le cap des trois ans d’existence, la rendant éligible à la taxe professionnelle, ce qui l’aidera à conforter ses financements. Elle est surtout devenue suffisamment structurée pour s’adresser aux grands groupes, pouvant avoir des centaines d’offres à proposer. Le cap des 500 stages, fixé pour 2017-2018, pourrait être rapidement dépassé.

, , , , ,