Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Être bénévole à la Direction de la Fondation de la 2ème Chance

Être bénévole à la Direction de la Fondation de la 2ème Chance
Cinq bénévoles consacrent une part de leur temps à la Direction de la Fondation. Avec le coordinateur régional, collaborateur «permanent» du siège de la Fondation, le bénévole pré-instructeur étudie l’éligibilité des dossiers transmis par les porteurs de projet au regard des critères de la Fondation (âge, réelle situation de précarité, faisant suite à un ou plusieurs «accidents de vie», volonté de mener à bien un projet de rebond de vie pérenne; recherche effective d’autres moyens de financement au service du projet...). Il vérifie que le dossier est complet et émet un premier avis sur la viabilité et l’éligibilité du projet : pertinence de la formation au regard des débouchés possibles, solidité du projet de création d’activité. Il le valide avec le coordinateur régional. Dans ce cadre, il peut être amené à prendre contact avec le porteur de projet et/ou avec les organismes sociaux ayant participé au montage du dossier (Pôle Emploi, Centre Communal d’Action Sociale, Mission Locale..) afin d’éclairer et d’étayer sa position sur la demande. Il peut être conduit à attirer l’attention, sur certains points de vigilance, de l’équipe d’instructeurs qui prendra ensuite le relais du dossier. Pour les dossiers non acceptés à ce stade, il peut faire des propositions de réorientation.


Patrick Catillon, bénévole pré-instructeur pour les régions Méditerranée, Auvergne-Limousin, parle de sa mission et de son expérience au siège de la Fondation :

Comment vous est venu ce souhait d’engagement personnel ?

Le choix de mon bénévolat auprès de la Fondation de la 2ème Chance - comme dans quelques autres associations – s'est fait à mon départ en retraite. J'ai pensé qu'à ce moment-là, j'avais besoin de mettre un peu de mon nouveau temps libre au service de personnes en difficulté. Face à la multitude des possibilités, j'ai fait des choix prenant en compte mes compétences, l'attirance par les causes défendues, mais également la possibilité de gérer mon temps en me laissant une grande latitude dans l'organisation de mon agenda (qui est fort heureusement moins chargé que lorsque j’étais en activité). Et la Fondation de la 2ème Chance remplissait bien ces critères. J'ai déjà bien entamé mon second quinquennat comme préinstructeur au siège de la Fondation. J'examine plus particulièrement les dossiers d'une très large partie du sud de la France (de l'Atlantique au Rhône), en remontant jusqu'en Auvergne - Limousin.

Au quotidien, comment vivez-vous ce bénévolat?

J'apprécie la diversité des projets des candidats aux parcours souvent très chahutés. Cela permet de beaucoup relativiser face aux choses de la vie. Je suis également sensible à la qualité des échanges avec les coordinateurs/coordinatrices.

Après ma pré-instruction, ils permettent d'arrêter une décision commune sur la suite à donner à chaque dossier. Envoi en instruction dans environ 60% des cas, les autres sont retournés avec un courrier explicitant les raisons du refus ou de la réorientation (non réponse à l'ensemble des critères d'éligibilité définis par le Conseil d'Administration de la Fondation).

Pour ma part, au fil du temps, j'ai aussi été instructeur pour quelques dossiers.

Avec un autre instructeur, le contact direct avec les candidats est indispensable et très riche et permet d'aller plus loin sur le projet lors des échanges qui durent en général 2/3 heures. Cette rencontre en face à face débouche sur un moment important dans le processus de décision : la rédaction de l'avis motivé des instructeurs. En effet, ces avis sont généralement suivis par les comités d'agrément. Un dernier point que j'apprécie est la liberté dans la gestion de mon emploi du temps. Je viens régulièrement une fois chaque semaine, parfois deux en fonction du nombre de dossiers reçus, sauf en général pendant les vacances scolaires,  mais souvent des jours différents de la semaine au gré de mes autres occupations.

, ,