Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

D’une formation d’Ingénieur à la création d’une entreprise en Australie

D’une formation d’Ingénieur à la création d’une entreprise en Australie
Ludovic, 22 ans, a été lauréat de la Fondation en 2010 pour son projet de formation d'Ingénieur en Informatique et Électronique. Site-relais de Toulon


Mon grand-père était ingénieur, il m'a transmis la passion pour la connaissance ainsi que son amour pour son métier depuis ma plus tendre enfance, ce qui allait très vite devenir ma vocation. Après une prépa Mathématiques effectuée sur deux ans, j’ai eu l’opportunité d’entrer en cycle d’ingénieur, cependant, les problèmes familiaux et les difficultés financières étaient de taille.

Après ma première année d’études, je ne pouvais plus prétendre à de nouveaux prêts, et je ne parvenais pas à me résoudre à abandonner mes études. C’est alors qu’après de multiples recherches sur le Web, j’ai découvert l’existence de la Fondation de la 2ème Chance qui allait considérablement changer le cours de ma vie. J’ai alors pris contact, et très rapidement reçu un soutien considérable. La Fondation de la 2ème Chance m’a permis de réaliser mon rêve ainsi que de trouver ma vocation. L’accompagnement de mes parrains a joué un rôle très important dans la poursuite de mon cursus, ce qui m’a amené à valider un double diplôme de Master en Robotique ainsi qu’Océanographie Physique avant d’entreprendre une carrière Internationale dans la région Asie-Océanique.

Mes Parrains ont été du plus grand soutien moral et technique. Je tiens à souligner que la force de la Fondation tient dans l’investissement de chacun de ses parrains, de leurs expériences personnelles ainsi que du temps bénévole qu’ils accordent à l’accompagnement. Mes échanges avec René Levassor et Michel Langacher ont été des plus riches et complétés de conseils très judicieux pour rapidement trouver ma voie. De plus, mon interaction avec Alain Tanguy a été fondamentale car, j’ai compris que l’accompagnement de la Fondation allait durer sur le long terme, bien après ma remise de diplôme.

Mes parrains m’ont donné la plus grande motivation dans la réalisation de mon projet ce qui m’a permis de faire face à de très nombreuses difficultés sur un chemin semé d’imprévus. Les échanges réguliers se sont maintenus sur le long terme, nous avons pu garder le contact, malgré mon départ à l’étranger. Je continue à donner de mes nouvelles chaque année, en espérant un jour pouvoir passer le flambeau et aider quelqu’un à mon tour.

Mon projet représente bien plus qu’un projet de vie, c’est avant tout une volonté de protéger l’environnement, à l’échelle de l’humanité. Il comporte plusieurs étapes :

- Obtenir les connaissances et qualifications obligatoires dans les domaines de l’Ingénierie Robotique, dit Mécatronique, ainsi qu’Environnementale en se focalisant sur l’Environnement Marin. Cette étape s’est achevée en 2013 avec l’obtention de mon second Master grâce à l’accompagnement de la Fondation de la 2ème Chance

- Développer une reconnaissance internationale : dans le domaine de la robotique en milieu marin. Cette étape m’a amené à travailler en Europe, Dubaï, Singapour, Nouvelle-Zélande ainsi qu’en Australie. Les projets ont été très variés, j’ai eu la chance de développer un système de récupération d’Engin Autonome sous-marin (AUV), d’effectuer des recherches sur les Gyres, ces fameux courants marins très importants pour la biodiversité en utilisant des Glyders, des engins capables de sonder les profondeurs en plongeant à la verticale jusqu’à 1000 mètres. J’ai aussi eu la chance de manager une équipe de 15 Ingénieurs en 2015, et de construire un drone capable de détecter des requins.

- Établir une entreprise internationale : OceanX Group s’est rapidement développée depuis son ouverture en 2016. Établir sa propre entreprise depuis l’étranger est particulièrement difficile. Toutefois, les efforts et les longues heures de travail en valent la peine. J’ai eu la chance d’inspecter le tunnel de la plus grande centrale d’Électricité d’Australie en utilisant un ROV, un robot sous-marin contrôlé depuis la surface à l’aide d’un ombilical, cette opération a demandé plus de six mois de travail pour inspecter une centrale qui ne s’arrête qu’une fois tous les 5 ans. Cette année, j’ai également travaillé sur une solution pour aider à sauver la Grande Barrière de Corail à l’aide de boues marines interconnectées (Internet Of Things).

- Sauver nos océans : cette prochaine étape est la plus difficile à réaliser, elle consiste à rassembler le public, les scientifiques, les politiques, ainsi que les investisseurs, et démontrer qu’investir dans la protection de nos océans est d’un intérêt commun pour le futur de l’humanité.

 

Vous l’aurez compris, mon projet a débuté il y a 6 ans avec l’intervention de la Fondation de la 2ème Chance et il est  toujours en cours de réalisation. Avec le recul, je peux assurément dire que tout a été plus difficile que prévu, toutefois, l’Etoile de la Fondation m’a guidé à bon port. Par deux fois, j’ai tout perdu, et tout reconstruit en partant de zéro, et, chaque expérience m’a permis de surmonter la difficulté suivante. Je suis parvenu à atteindre l’équilibre nécessaire pour développer mon entreprise, OceanX Group, tout en aidant la communauté. Je suis en effet Président de l’association P.U.R.E., une association qui réalise le rêve des enfants en danger, je préside également le Club Rotaract de la ville de Melbourne en lien avec le Rotary club de Melbourne. Enfin, chaque année, je parviens à lever 5 000 € pour financer le voyage de 10 étudiants à l’étranger dans le cadre du Grand Concours de l’International que j’ai créé en 2013.

 

Mon projet est à 70 % abouti. Mon entreprise OceanX Group est en cours de développement d’une solution qui a pour objectif de sauver nos océans en assurant une protection contre la pollution marine. Cette étape décisive pour la réalisation de mon projet débute il y a 6 ans. OceanX Group est maintenant à l’étape où nous cherchons des investisseurs pour financer le développement d’une solution révolutionnaire destinée à limiter la quantité de plastique présent dans les océans.

 

La Fondation de la 2ème Chance, c’est celle qui permet de redonner de l’espoir quand toutes les portes se ferment autour de soi, cette initiative est essentielle et je suis prêt à en parler autour de moi. J’espère d’ici quelques années, à mon tour parrainer quelqu’un en difficulté et pouvoir apporter le même soutien que mes parrains Michel Langacher, René Levassor et Alain Tanguy.

En écrivant ces lignes, mes pensées vont à toutes les personnes qui ont besoin de savoir qu’une deuxième chance est toujours possible, et qu’il ne faut jamais désespérer. La Fondation de la 2ème Chance vous donnera l'élan pour rebondir.

Planifier son projet est très important et, vos parrains vous aideront dans cette démarche.

N’hésitez pas à viser les étoiles, et le monde entier vous aidera à achever votre dessein.

, , , , , ,