Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Bilan des EGA par S. Travert, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Bilan des EGA par S. Travert, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation.
Quel bilan tirez vous des Etats Généraux de l’Alimentation (EGA), en particulier concernant les ateliers 10 (lutte contre le gaspillage alimentaire) et 12 (accès à l alimentation des personnes les plus démunies) ? Quelles sont les perspectives dans ces domaines ? Vous avez participé à des dons organisés par SOLAAL, quel regard portez vous sur ses actions ?


« Le guide du don agricole de SOLAAL est un très bel outil qui présente de manière concrète de nombreuses démarches et des témoignages, et permet ainsi d’accompagner les acteurs qui souhaitent s’engager au service du don et de la lutte contre les pertes et gaspillages », selon Stéphane Travert, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Quel bilan tirez vous des Etats Généraux de l’Alimentation (EGA), en particulier concernant les ateliers 10 (lutte contre le gaspillage alimentaire) et 12 (accès à l alimentation des personnes les plus démunies) ?

Ce que je retiens, à quelques jours de la clôture de ces états généraux de l’alimentation, c’est avant tout la forte mobilisation des acteurs de l’ensemble de la chaîne alimentaire vers des objectifs communs :  relancer la création de valeur et en assurer l’équitable répartition, afin de permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail, accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs, et promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable.

Cette forte mobilisation s’est opérée à plusieurs niveaux : dans le cadre des travaux des 14 ateliers, mais aussi dans le cadre de la consultation publique qui a permis de recueillir près de 17 000 contributions et dans celui des réunions locales organisées par les préfets dans les régions.

Les travaux sont sur le point de s’achever et les conclusions seront très prochainement communiquées. L’ensemble des attendus et des contributions serviront à établir une feuille de route nationale annoncée par le Président de la République pour la fin de l’année.

Quelles sont les perspectives dans ces domaines ?

L’atelier dédié à la lutte contre le gaspillage alimentaire a émis des propositions ambitieuses qui constitueront, sous l’impulsion des EGA, une étape supplémentaire pour mieux prévenir les pertes et amplifier les dons alimentaires.

Je note que beaucoup de propositions des ateliers convergent avec celles de la contribution commune soumise par SOLAAL, la FNSEA, l’APCA, les Jeunes Agriculteurs et Coop de France, en particulier sur les freins aux dons agricoles, la clarification des dates de consommation ou encore la mobilisation des projets alimentaires territoriaux au service de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Cette convergence démontre tout l’intérêt de la méthode des EGA, fondée sur la concertation et la recherche de solutions partagées par tous les acteurs.

S’agissant de la précarité alimentaire, l’atelier 12 a favorisé une véritable prise de conscience des enjeux relatifs à l’accès à une alimentation saine, sûre et équilibrée.

Cette dimension sociale de l’alimentation ne doit pas être négligée : elle doit être traitée à la fois à l’échelle nationale et au niveau local où des synergies peuvent être utilement trouvées avec les démarches encourageant le don alimentaire.

 Vous avez participé à des dons organisés par SOLAAL, quel regard portez vous sur ses actions ?

SOLAAL est engagée depuis la première heure aux côtés de l’État en tant que partenaire du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire. L’association est très impliquée dans les différents groupes de travail animés par le MAA et ses partenaires. Tous s’engagent pour atteindre l’objectif de réduire de moitié les pertes et gaspillages à l’horizon 2025.

Le guide du don agricole, élaboré par SOLAAL et lauréat de l’appel à projets 2016-2017 du Programme national pour l’alimentation, y contribue. C’est un très bel outil qui présente de manière concrète de nombreuses démarches et des témoignages, et permet ainsi d’accompagner les acteurs qui souhaitent s’engager au service du don et de la lutte contre les pertes et gaspillages.

Plusieurs chantiers vont se poursuivre pour permettre l’amélioration des dons, en quantité comme en qualité. Le travail n’est pas terminé et nous allons maintenant nous atteler à la mise en œuvre d’une feuille de route faisant suite aux EGA.

 

 Crédit photo : Xavier Remongin

, , , , , , , ,