Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Le gaspillage alimentaire, nouveau critère RSE

Le gaspillage alimentaire, nouveau critère RSE
SOLAAL a réuni plusieurs acteurs autour du thème : « La lutte contre le gaspillage alimentaire dans la RSE », lors de son colloque annuel le 8 novembre 2017, à la Fédération nationale du Crédit agricole, par ailleurs membre fondateur de l’association. 


SOLAAL a réuni plusieurs acteurs autour du thème : « La lutte contre le gaspillage alimentaire dans la RSE », lors de son colloque annuel le 8 novembre 2017, à la Fédération nationale du Crédit agricole, par ailleurs membre fondateur de l’association. 

Au préalable, Eric Birlouez, sociologue, à qui nous avions demandé pourquoi nous avions toléré si longtemps le gaspillage alimentaire, a expliqué comment l’alimentation avait perdu toute ses valeurs et, en particulier, sa valeur économique. En effet, on jette davantage ce qui n’a pas de valeur. Eric Birlouez reste cependant confiant et recommande, pour inverser cette tendance, de former dès le plus jeune âge sur l’origine des aliments, de redonner de la valeur aux aliments et du sens à l’acte alimentaire. 

Concernant les entreprises, avec la loi dite Garot de 2016, le critère de lutte contre le gaspillage alimentaire s’inscrit désormais dans la RSE. Vincent Aurez, consultant chez EY, a précisé qu’il faisait partie des points à renseigner, de manière précise et concrète, dans la déclaration de performance extra-financière que les entreprises doivent remplir. Cette obligation peut s’avérer une véritable opportunité pour répondre aux investisseurs, de plus en plus nombreux à examiner les stratégies mises en place en la matière. 

Par ailleurs, des entreprises, directement concernées et engagées depuis longtemps, ont apporté leur témoignage sur leur stratégie et les actions mises en œuvre. Sophie Fourchy, directrice de la Fondation Carrefour, a mis en avant l’effet de levier des actions de lutte contre le gaspillage alimentaire car, au-delà des volumes récupérés, ce sont des créations d’emploi et du lien social qui sont générés. Benjamin Perdreau, responsable RSE de France, a rappelé que la lutte contre le gaspillage alimentaire constituait une valeur intrinsèque des coopératives agricoles mais aussi un enjeu de compétitivité. 

Le témoignage de Cécile Curiel, de la Direction Retraite et Activités sociales du groupe de prévoyange Agrica, a prouvé qu’une entreprise pouvait s’engager dans la lutte contre le gaspillage alimentaire même si elle n’était pas directement concernée. C’est le choix effectué par le groupe Agrica qui a bâti depuis 2014 une stratégie accompagnée d’actions de soutien des initiatives des acteurs engagés. 

Enfin, le député Guillaume Garot, député de la Mayenne et président de l’atelier 10 des Etats généraux de l’Alimentation, a conclu les débats en félicitant les intervenants pour leur implication durable dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Puis il a fait part des priorités en matière de gaspillage alimentaire : développer les actions locales ; former, éduquer, redonner de la valeur à l’alimentation ; créer une fiscalité incitative.  

Vous trouverez dans le lien joint une synthèse de ces échanges et le lien vers les vidéos des intervenants : https://www.solaal.org/gaspillage-alimentaire-nouveau-critere-rse%E2%80%AF/ 

, , , , , , , , ,