Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Lazare : Une colocation solidaire pour l’insertion des plus démunis

Lazare : Une colocation solidaire pour l’insertion des plus démunis
En rassemblant sous le même toit des personnes sans domicile fixe et de jeunes actifs, l’association Lazare réinvente le vivre ensemble. Car partager un appartement, c’est apprendre à compter les uns sur les autres. Et pour les plus fragiles, à retrouver une impulsion.


 

 

 

 

 

 

Une autre manière d’aider son voisin

 

Quand on se retrouve à la rue, trouver une solution de logement est urgent. Mais pour se reconstruire, on a aussi besoin de s’appuyer, dans ces moments difficiles, sur des relations humaines bienveillantes.

L’association Lazare apporte une réponse innovante. Implantées dans 7 villes, ses maisons s’organisent en appartements, accueillant en moyenne huit colocataires : 4 personnes issues de la rue et 4 jeunes actifs volontaires. Chacun sa chambre, mais les espaces de vie restent communs pour laisser libre cours à l’échange et au partage. Les maisons sont toutes placées sous l’égide d’une famille accompagnatrice.

Une fois l’admission validée lors d’un entretien, aucune limite de temps n’est imposée aux personnes issues de la rue ou d’un foyer. À dessein : « Le temps de séjour s’adapte à la personne, selon qu’elle est restée plus ou moins longtemps dehors », explique Loïc Luisetto, délégué général de Lazare.

 

Coconstruire la vie de tous les jours

 

Un tableau de service, affiché en début de mois par le responsable d’appartement, définit les tâches de chacun. Un outil nécessaire à l’organisation du quotidien, mais pas seulement. C’est aussi une façon de montrer aux personnes issues de la rue qu’elles sont utiles à la communauté. Et que d’autres chemins sont possibles. « Ma femme et moi avons été responsables de la maison de Nantes pendant cinq ans, raconte Loïc Luisetto. Vivre avec des gens qui bossent, ça leur donne envie. 40 % des personnes qui passent dans nos maisons retrouvent un emploi et 85% repartent vers un logement pérenne. » 

Les colocataires sont tous logés à la même enseigne. Chacun paye sa part de loyer, les uns avec leur salaire, les autres avec les allocations qu’ils perçoivent dans le cadre de leur parcours de réintégration sociale. « Ça fait partie de notre modèle de montrer que les choses ont un prix. » 

La vie des maisons se veut conviviale, sans jugement des uns envers les autres. Un soir par semaine, chaque appartement organise un dîner en commun. Et tous les vendredis soirs, c’est le dîner de maison, où se retrouve l’ensemble des colocataires. « On voit nos jeunes actifs grandir eux aussi au contact de ceux qui ont connu la galère », raconte Loïc Luisetto. Autour des liens qui se tissent gravitent de belles histoires. « L’un de nos colocataires avait vécu une trentaine d’années dans sa voiture. Il est arrivé à la maison, il a repris le boulot, il a rencontré quelqu’un, il parle d’un appartement… c’était inconcevable pour lui il y a quelques mois encore ! »

 

De nouvelles perspectives

 

En 2014, grâce au soutien d’un collaborateur Total, les maisons Lazare remportent le prix YouActWeHelp, programme du groupe en soutien à l’engagement solidaire de ses salariés. Une nouvelle visibilité saluée par Loïc Luisetto : « Total a réalisé une vidéo sur les débuts de la maison de Nantes. Et on a pu créer des partenariats avec les directeurs régionaux du groupe, particulièrement la région Grand-Ouest et Rhône-Alpes qui continue à nous soutenir. Ils nous fournissent par exemple des bons d’essence quand on fait des séjours ou une aide financière pour les travaux et le financement d’équipements. Ça a créé un lien fort avec Total. »

Lauréat du programme La France s’engage, dont Total a été le mécène privé historique*, Lazare bénéficie d’un soutien qui lui permet de prévoir l’ouverture de quatre nouvelles maisons d’ici fin 2018, à Rennes, Bordeaux, Grenoble et Strasbourg.

 

(*) Le programme La France s’engage se poursuit aujourd’hui avec la Fondation La France s’engage à laquelle se sont joints trois autres partenaires privés : BNP Paribas, Andros et Artémis.

 

Photo : Association Lazare

 

, , , , ,