Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[FUSAC] Création de la Fondation Time’s up, contre le harcèlement sexuel

[FUSAC] Création de la Fondation Time’s up, contre le harcèlement sexuel
Le 1er janvier 2018, 300 personnalités issues de l’industrie du cinéma ont lancé Time’s up, une fondation qui souhaite sensibiliser et aider financièrement les victimes de harcèlement sexuel.


Le projet Time’s up

 

Les actrices ont dénoncé les comportements dont elles ont souvent été victimes, qu’il s’agisse de harcèlement ou d’agressions sexuelles. En 2018, place à l’action avec le projet Time’s up, qui devrait permettre de venir en aide financièrement aux victimes de ces mêmes agissements, notamment sur le lieu de travail, et donc pas seulement au cinéma. Les populations les plus pauvres, telles que les serveuses, les domestiques ou encore les ouvrières peinent à se défendre correctement par manque de ressources financières. Time’s up sera constitué par un fonds, et sur les 15 millions de dollars de l’objectif fixé, 13 ont d’ores et déjà été recueillis.

 

L’appel à un durcissement de la législation

 

C’est l’affaire Harvey Weinstein qui a donné naissance à Time’s up. La conduite du producteur de cinéma a entraîné une vague d’accusions de harcèlement sexuel, une situation que les membres féminins du showbiz ne souhaitent plus dissimuler. Cate Blanchett, Natalie Portman ou encore Meryl Streep, mais aussi l'écrivaine féministe, Gloria Steinem portent le projet Time’s Up. Elles appellent à un durcissement de la législation en pénalisant les entreprises qui laissent faire les harceleurs sur le lieu de travail ou signent des accords de non-divulgation de faits de harcèlement. Elles demandent également à ce que la presse relaie les abus intervenant dans des " domaines professionnels moins glamour et moins valorisés" que le cinéma.

 

, , , , , , , ,