Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[ÉGALITÉ DES CHANCES] [CNJ] Association Télémaque : voir l'avenir en grand

[ÉGALITÉ DES CHANCES] [CNJ] Association Télémaque : voir l'avenir en grand
Permettre à des jeunes de milieux modestes de voir leur avenir en grand : c’est la promesse de l’Institut Télémaque. L’association mise sur le parrainage de jeunes et le mécénat de compétences pour promouvoir l’égalité des chances. Douze ans après sa création, l’association a déjà accompagné plus de 1 000 collégiens et lycéens vers les études supérieures.


Tout commence par un déclic. À l’aube de l’an 2000, dans les locaux de Pinault-Printemps-Redoute (PPR), Serge Weinberg alors président du groupe, tombe sur un article de Libération. “C’était à propos d’une fillette issue d’un quartier difficile, passée à tabac parce qu’elle travaillait trop bien”, raconte Patrick Gagnaire, co-fondateur de l’Institut Télémaque. Les deux hommes creusent le sujet, se penchent sur les chiffres et constatent que 30 % des enfants de cadre sortent diplômés d’un Bac+5 contre 7 % seulement des enfants de milieux populaires. “Serge m’a demandé de m’occuper de la RSE et on s’est dit qu’il y avait un vrai enjeu à propos de la question des chances de réussite de certains élèves”, poursuit Patrick Gagnaire. Ils décident alors de créer une association, Télémaque, pour permettre aux jeunes de quartiers défavorisés de “voir leur avenir en grand”. Pour cela, ils se tournent vers le secteur privé. “On avait envie de mobiliser les entreprises qui partagent les mêmes valeurs. Télémaque n'est pas l'outil d'un groupe, mais une ONG qui possède son autonomie et sa gouvernance. Il n'y a aucun argent public investi.” En 2005, l’Institut Télémaque voit le jour. Il propose à des jeunes de milieux modestes un accompagnement de la cinquième à la terminale pour accèder aux études supérieures.

 

Bourse et double parrainage : les spécificités de Télémaque

Dès le début, l’Institut Télémaque souhaite réduire au maximum les déterminismes socio-économique des jeunes qu’il accompagne : l'environnement, le réseau et l’argent.  

L’association a donc opté pour un double parrainage. Le jeune est encadré à la fois par un tuteur du monde de l’entreprise et par un référent du milieu éducatif. Encadré par ses deux parrains, le jeune prend confiance en ses capacités, bénéficie d’une ouverture socio-culturelle et se familiarise avec les codes du monde du travail. Pour Patrick Gagnaire, le secret c’est de prendre le temps : “On peut les suivre durant 5 à 7 ans. On leur dit dès le départ : 'on ne te lâche pas !' Cela leur donne confiance. L'objectif de cette promesse est double. Tout d'abord, regarder comment l'élève s'ouvre au monde et comment il se situe par rapport au scolaire. Deuxièmement, inciter au sérieux de son côté : s'il joue le jeu, on l'accompagne vraiment. C'est une promesse mutuelle.”

Télémaque a aussi mis en place une bourse pour les jeunes. Une manière de   “compenser financièrement le fossé avec la famille d'enseignants ou la famille bourgeoise”, explique Patrick Gagnaire. Ce petit budget complémentaire permet de donner vie aux projets extra-scolaires du jeune (activités culturelles ou sportives…). La bourse est gérée directement par l’association.

 

L’impact chiffré de Télémaque depuis 2005

- 934 jeunes accompagnés

- 1 900 parrains

- 70 000 heures d'accompagnement individualisé pour les filleuls

- 96 % de réussite au bac et 60 % de mentions

- 100 % de réussite au brevet et 77 % de mentions TB

- 170 établissements scolaires partenaires

- 80 entreprises partenaires

 

Un mécénat financier et de compétences

Télémaque s’appuie sur un réseau de partenaires comme Adecco Group, SNCF, Mazars, Schneider Electric ou encore Google. Ces entreprises proposent à leurs salariés de dédier des journées de travail au mécénat de compétences pour accompagner un jeune de Télémaque. Le collaborateur rencontre son filleul en tête-à-tête environ une fois par mois pour suivre son parcours. Parallèlement, le parrain effectue des interventions de deux heures en classe pour présenter son métier.

Autre spécificité, Télémaque s’allie à une entreprise partenaire dans le cadre des team building solidaires : pendant une demi-journée, un groupe de salariés d’une boîte partenaire retrouve les jeunes suivis par Télémaque autour d’une activité culturelle, sportive ou créative. Le dernier team building solidaire de novembre 2017 était organisé  avec  22 salariés d’EDF, venus dans un premier temps présenter leurs métiers aux jeunes. Ensuite, jeunes et adultes se sont lancés en équipes dans une visite alternative de Paris, rythmée par les énigmes et un jeu de piste. Une manière pour l’entreprise et ses salariés “de se mobiliser concrètement en faveur de l’égalité des chances”.

 

L'avenir de l'Institut Télémaque

Après plus d’un décennie d’engagement pour “réparer l’ascenseur social”, Patrick Gagnaire pose les limites de l’action de Télémaque : “L'Éducation Nationale annonce que, depuis 2002, le poids de l'origine sociale pour les élèves de 15 ans a augmenté de 30 %. Notre système a amplifié ce phénomène. Sur les questions d'apprentissage, d'accès au travail, la France est à la peine ! Aujourd'hui, l'embauche se fait selon l'endroit d'où le candidat vient... Il existe différents plafonds de verre qui font qu'on en reste là. Il est abracadabrant de constater qu'on a arrêté les bourses au mérite ! On est un pays dans lequel l'ensemble de l'élite française s’autocongratule : toutes nos grandes écoles pensent qu'elles font l'avenir et c'est très difficile de combattre cela. Notre idée était de corriger ce fossé et nous n'y parvenons pas encore. Je vis très mal cette situation.”

Mais pour le co-fondateur de l’Institut Télémaque, pas question de s’avouer vaincu : “On va continuer sur la base de notre approche, on va la développer, essayer de rayonner. Il y a véritablement des potentiels qu'on tue ! Le combat pour l'égalité des chances est un combat nodal pour une société comme la nôtre. Il faut qu'on apporte notre pierre.”

Pour tous les collégiens, lycéens et jeunes étudiants qui se posent des questions sur leur avenir, désormais il y a MAG (MonAvenirenGrand.com), une plateforme numérique lancée début octobre 2017 par Télémaque avec une chaîne YouTube intégrée. MAG compte déjà 100 contenus disponibles (30 créés avec les jeunes et 70 relayés par des Youtubers, l’ESSEC...). MAG s’appuie sur de nombreux partenaires comme la FDJ, CGET, Total, Google et SFR.

“Même si par notre mission d’égalité des chances nous ciblons prioritairement les jeunes issus de milieux modestes, le site est accessible plus généralement à tous les adolescents motivés pour réussir, explique Ericka Cogne, directrice générale de l’Institut Télémaque. Ils peuvent consulter les différents outils proposés (vidéos, fiches méthodes) relatifs aux 3 catégories : 'trouver ma voie (orientation et métiers)', 'développer mon potentiel (confiance en soi et développement personnel)' et 'm’ouvrir au monde (ouverture socio-culturelle)'. Il y a déjà eu au moins 10 000 jeunes connectés à MAG !”

 

 

Article extrait du Carenews Journal n°10 dont la Fondation FDJ est partenaire.

 

Mis à jour le 08 février 2018.

, , , , ,